/news/green
Navigation

Les Innus bloquent l’accès au chantier de la rivière Romaine

Près de 750 travailleurs seraient coincés sur le chantier

Les Innus de Nutashkuan bloquent le chemin d’accès du chantier de la rivière Romaine.
Photo courtoisie, Radio CILE Havre-Saint-Pierre Les Innus de Nutashkuan bloquent le chemin d’accès du chantier de la rivière Romaine.

Coup d'oeil sur cet article

HAVRE-SAINT-PIERRE | Un groupe de 35 à 40 Innus de Nutashkuan bloque le chemin d’accès du chantier de la rivière Romaine pour réclamer 75 M$ à Hydro-Québec. Près de 750 travailleurs seraient coincés sur le chantier.

La communauté autochtone de Nutashkuan est située près de Natashquan, sur la Côte-Nord, à quelque 1000 km au nord-est de Québec. Depuis 2009, Hydro-Québec construit un complexe hydroélectrique de 1550 MW sur la rivière Romaine, au coût de 6,5 milliards de dollars. Les quatre centrales et leurs réservoirs sont situés au nord de Havre-Saint-Pierre, sur le territoire ancestral de Nutashkuan.

Les Innus ont bloqué l’entrée du chemin d’accès au chantier vers 10 h, après l’échec des négociations avec Hydro-Québec. Seuls les services d’urgence peuvent passer.

Un campement y était érigé depuis le 20 novembre pour protester contre l’interrogatoire d’un de leurs membres par des agents de la faune au chantier de Romaine-4.

Serge Abergel, chef des médias chez Hydro-Québec, souhaite « la levée immédiate du blocus et un retour à des échanges constructifs ». Il voudrait minimalement que les travailleurs aient la possibilité de quitter le chantier.

Les autochtones accusent la société d’État de ne pas respecter une entente de déboisement conclue en 2008. Ils exigent de pouvoir déboiser la totalité du territoire, lequel sera inondé par le réservoir de la centrale Romaine-4.

Daniel Malec, directeur général du conseil de bande de Nutashkuan, évalue ces contrats à 150 M$. Le conseil de bande demande la moitié de cette somme en dédommagement pour compenser les pertes d’emplois et d’opportunités d’affaires.

« Ils nous rient dans la face. Ils ne respectent pas les ententes. C’est fini pour nous autres de se faire manger la laine sur le dos », tempête-t-il.

Blocus à répétition

Selon Hydro-Québec, un premier blocus avait déjà eu lieu en 2015 à propos du déboisement. Une somme de 6 000 000 $ avait été versée aux Innus pour compenser leur perte de profit.

« Il est très difficile pour Hydro-Québec de tolérer d’être à répétition la cible de blocus qui visent à renégocier des enjeux pour lesquels on a déjà conclu des ententes dans le passé », déplore Serge Abergel.

Les travaux continuaient sans trop de perturbation au chantier, mercredi. Hydro-Québec envisage toutefois de demander une injonction ou d’évacuer le chantier dans les prochains jours si aucun règlement n’intervient.