/lifestyle/books
Navigation

Ponto aura sa bande dessinée imprimée

Ponto aura sa bande dessinée imprimée
PHOTO NADIA LEMIEUX

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Ponto, un sympathique cône orange créé en 2012, poursuivra sa mission de dédramatiser par l’humour les nombreux chantiers de construction de la ville avec la sortie d’une première bande dessinée imprimée en mars prochain.

Ponto a fait du chemin depuis que ses aventures ont été mises en ligne pour la première fois il y a six ans. Près de 300 pages de bande dessinée ont été publiées sur le web, de nombreux produits dérivés à l’effigie du personnage et de ses acolytes ont été créés et des Ponto en peluche ont été photographiés dans une trentaine de pays.

L’enthousiaste cône orange a, petit à petit, taillé sa place parmi les éléments emblématiques de Montréal, si bien qu’il tient sa créatrice Tania Mignacca occupée presque à temps plein depuis trois ans.

Récemment, Ponto a même tenu la vedette d’une campagne publicitaire sur le réaménagement de la rue Notre-Dame dans le quartier Saint-Henri. Il a aussi été représenté sur des pianos publics et un vélo Bixi lors des célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

Mais, il manquait encore une corde à son arc. «Ça fait six ans que les gens me disent "as-tu un livre? As-tu un livre?", donc c’était le temps de se lancer», a raconté Mme Mignacca.

Le tome 1 de Ponto sortira en mars 2019 et comprendra les 150 premières pages de la «webcomic», en plus d’une histoire inédite de 20 pages.

«Faire aimer Montréal»

Si Tania Mignacca avait eu l’idée, en 2012, de faire d’un cône orange un personnage attachant, c’est qu’elle cherchait à atténuer la frustration de nombreux Montréalais qui naviguent quotidiennement parmi les multiples chantiers de construction.

«J’avais l’impression que les gens ne voyaient plus la beauté de la ville. Je me suis dit que j’allais créer un personnage tellement "cute" qu’il allait réussir à faire aimer Montréal en même temps», a-t-elle expliqué.

C’est mission réussie, selon l’illustratrice et designer graphique. Elle mentionne recevoir constamment des commentaires positifs de ses lecteurs qui, en regardant leur ville à travers les yeux de l’optimiste cône orange, ont appris à se détendre un peu plus lorsqu’ils se retrouvent pris dans le trafic.

«Ponto, ça reste une caricature des travaux et de la fonction publique, donc je m’étais dit que peut-être que les cols bleus allaient être insultés ou que les gens ne trouveraient pas ça drôle, mais, finalement, c’est vraiment le contraire, s'est réjouie Mme Mignacca. Maintenant, les gens le reconnaissent.»

Le tome 1 de la bande dessinée Ponto est dès maintenant en prévente au fr.ulule.com/pontomontreal.