/news
Navigation

[VIDÉO] David Saint-Jacques se confie avant son décollage pour la Station spatiale

«Je suis comme un alpiniste au dernier jour d'une longue ascension»

Coup d'oeil sur cet article

«Est-ce que je suis vraiment prêt à aller dans l’espace? Je ne sais pas si on n’est jamais prêt à ça.» Fébrile à quatre jours de son décollage pour la Station spatiale internationale, le Canadien David Saint-Jacques s’est confié à la presse depuis Baïkonour au Kazakhstan, d’où il prendra son envol lundi.

 

L’astronaute originaire de Québec, présentement en quarantaine, dit être bien concentré sur son objectif prioritaire: se rendre sur la Station spatiale.

Il est surentraîné, surqualifié, mais affiche une sérénité à toute épreuve. Recruté en 2009 par l’Agence spatiale canadienne (ASC), M. Saint-Jacques fait partie de la courte liste d’astronautes canadiens à pouvoir mettre en pratique ses connaissances scientifiques.

Mais avant de penser aux expériences qu’il mènera, son attention se concentre sur le premier volet de sa mission, à titre de copilote de la fusée Soyouz qui le mènera en orbite avec ses coéquipiers. «Ça fait deux ans que je m’entraîne pour cela. [...] C’est de loin la phase la plus dangereuse et aussi la plus complexe.»

David Saint-Jacques a bien sûr en tête le premier échec de lancement d’une fusée russe habitée en plus de trois décennies survenues le 11 octobre dernier. L’astronaute n'a pas vraiment peur pour autant, après tout c'est son choix d’être astronaute. «J’espère avoir la lucidité de lever la tête, regarder autour et apprécier le moment, prendre le temps de réaliser la valeur de ce qui se passe», confie M. Saint-Jacques.

PRÊT, PAS PRÊT, J’Y VAIS

«Je suis prêt dans le sens où j’ai passé tous mes cours, mais est-ce que je suis vraiment prêt à aller dans l’espace? Je ne sais pas si on n’est jamais prêt à ça.» Le plus grand défi, avoue-t-il, sera de s’adapter à son environnement des prochains mois, faisant référence à la vie prolongée en microgravité et l’organisation générale à bord de la SSI.

Mais pour l’heure, David Saint-Jacques consacre son temps aux derniers préparatifs techniques et physiques. C’est aussi l’occasion pour lui de voir sa famille une ultime fois avant de quitter la Terre.

Une fois à bord de ce vaste laboratoire orbital, David Saint-Jacques retrouvera les quelques effets personnels envoyés quelques semaines plus tôt via cargo, quelques souvenirs qui tiennent dans une boîte à chaussure. Côté scientifique, l’astronaute consacrera une partie de son temps aux expériences à caractère médicales, l’étude de l’effet de la microgravité sur le corps humain par exemple. Côté pratique, il étudiera des applications en télémédecine, c’est-à-dire sur les moyens de pourvoir des soins de santé à distance. Rappelons que Saint-Jacques a été médecin à Puvirnituq, un village du Nunavik donnant sur la baie d’Hudson pendant quelques années.

COMPTE À REBOURS

Si les conditions sont favorables, David Saint-Jacques s’envolera pour sa première mission lundi 3 décembre à 6 h 31 HE. Il effectuera un séjour de près de 6 mois à 400 km au-dessus de nos têtes. Le décollage pourra être suivi en direct sur Internet, via notamment la page Facebook de l’Agence Spatiale canadienne.