/news/politics
Navigation

Cannabis à 21 ans: «Les Hells doivent être crampés», lance André Fortin

Commission transports
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le député libéral André Fortin accuse le gouvernement Legault d’avoir opté pour une approche idéologique et populiste en s’engageant à interdire l’achat de cannabis aux moins de 21 ans, qui, craint l’opposition officielle, risquent de se tourner vers le crime organisé.

Comme rapporté dans nos pages ce matin, de nombreux experts en santé publique sont d’avis que François Legault fait fausse route en voulant hausser l’âge légal de consommation du cannabis de 18 à 21 ans.

«Les Hells doivent être crampés», a lancé en Chambre le porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé et de santé publique, André Fortin. Il s'attend à ce que les jeunes concernés, une fois la réglementation modifiée comme le prévoit la CAQ, se tournent «vers leur vendeur du coin».

À l’heure actuelle, près du tiers des Québécois âgés de 18 à 24 ans consomment du cannabis, a rappelé M. Fortin.

«Heureusement, ces Québécois peuvent maintenant s'approvisionner de façon sécuritaire en achetant un produit contrôlé avec une teneur en THC connue, a souligné M. Fortin, mais la CAQ veut augmenter l'âge minimal d'achat à 21 ans.»

Carmant fait rire

Dans un tout premier face-à-face au Salon bleu, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, s’est défendu en soulignant d’entrée de jeu que c’est «pour défendre les jeunes et les adolescents» qu’il s’est lancé en politique.

Le neurologue n’a pas mâché ses mots pour qualifier la consommation du cannabis chez les jeunes, allant même jusqu’à dire qu’il s’agit d’une «tragédie».

«Jusqu'à 25 ans, le cannabis détruit les neurones, et plus on commence tôt, pire c'est. Et ce qu'on dit aussi, c'est qu'une consommation peut entraîner un épisode psychotique chez un jeune», a dit le Dr Carmant.

Le député caquiste de Taillon s’est ensuite attiré les rires moqueurs des trois partis d’opposition en lançant trois fois plutôt qu'une ce qui semble être le nouveau slogan de son parti en matière de cannabis.

«À la CAQ, la marijuana, c'est légal, mais ce n'est pas banal», a dit M. Carmant.

«Est-ce que ce sera toujours l'approche du gouvernement, de choisir l'idéologie, de choisir les sondages, de choisir le populisme plutôt que la science?» a finalement laissé tomber le libéral André Fortin.