/news/politics
Navigation

Khashoggi: le Canada impose des sanctions contre 17 Saoudiens

Coup d'oeil sur cet article

 OTTAWA | Le gouvernement Trudeau impose des sanctions contre 17 Saoudiens dans la foulée de l'affaire Jamal Khashoggi. 

 La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, en a fait l'annonce jeudi matin par voie de communiqué. 

 « Le meurtre de Jamal Khashoggi est odieux et constitue une atteinte inadmissible à la liberté d’expression de toutes les personnes. Le Canada continue de réclamer une enquête crédible et indépendante. Les responsables du meurtre de Jamal Khashoggi doivent rendre des comptes et faire face à la justice», indique la ministre. 

 Elle impose donc des sanctions ciblées, en vertu de la Loi sur la justice pour les victimes de dirigeants étrangers corrompus. 

 Les 17 ressortissants saoudiens visés sont liés, selon le Canada, au meurtre de Jamal Khashoggi, ce journaliste dissident saoudien assassiné le 2 octobre au consulat d'Arabie saoudite d'Istanbul. 

 Les sanctions ont pour effet de geler les avoirs au Canada de ces 17 personnes, tout en leur interdisant l'accès au Canada. 

 N'empêche que «nous continuons de réclamer un compte rendu transparent et rigoureux des circonstances entourant le meurtre de M. Khashoggi. Les explications fournies à ce jour par l’Arabie saoudite manquent de cohérence et de crédibilité.» 

 Le premier ministre Justin Trudeau et Mme Freeland devraient croiser le prince héritier Mohammed ben Salmane au G20 qui s'ouvre ce jeudi à Buenos Aires. Aucun tête-à-tête n'a été confirmé par le bureau du premier ministre. 

 La question d'annuler des contrats d'armement canadiens avec l'Arabie Saoudite demeure entière.