/news/health
Navigation

L’hôpital estime avoir payé 20% trop cher

Nouveau CUSM
Photo courtoisie CUSM

Coup d'oeil sur cet article

Le CUSM croit avoir payé 20 % trop cher la construction de son mégahôpital en raison des actes de corruption commis par d’anciens dirigeants.

« Le contrat total était de 4,6 milliards $, c’est pour cela que nous demandons une ordonnance de remboursement de 934 millions $ », a expliqué à la cour l’avocat Alexander De Zordo, hier au palais de justice de Montréal.

L’avocat civiliste plaidait dans le dossier criminel de Yanaï Elbaz, un ancien directeur général adjoint du CUSM, qui a plaidé coupable lundi d’un des pires cas de corruption de l’histoire du pays.

Elbaz, 49 ans, pourrait écoper de 39 mois de prison pour avoir aidé la firme de génie-conseil SNC-Lavalin à obtenir le contrat de construction du CUSM. En échange, il avait reçu un pot-de-vin de 10 millions $.

En plus de la sentence, le CUSM a demandé au juge d’ajouter une ordonnance de remboursement.

Raisonnable

Le centre hospitalier a évalué le montant de 934 millions $ en prenant en compte la construction du mégahôpital à 1,4 milliard de dollars, ainsi que 3,2 milliards en coût d’exploitation jusqu’en 2044.

Mais en considérant que les biens bloqués d’Elbaz sont estimés à six millions $, le CUSM s’est dit prêt à accepter 10 millions $, soit le montant reçu en pot-de-vin.

« Ce serait juste et raisonnable, 10 millions c’est une goutte d’eau », a plaidé Me De Zordo.

Le juge, qui a trouvé particulier que le CUSM réclame l’argent à Elbaz alors qu’il n’a jamais poursuivi SNC-Lavalin, a ajourné l’audience jusqu’à la mi-décembre, le temps que les avocats étayent davantage leurs arguments.