/entertainment/music
Navigation

Yannick Nézet-Séguin s'impose au Metropolitan Opera

Yannick Nézet-Séguin
Photo d'archives Yannick Nézet-Séguin

Coup d'oeil sur cet article

Nouveau directeur musical du prestigieux orchestre du Metropolitan Opera de New York (Met), Yannick Nézet-Séguin ne perd pas de temps et laisse parler ses idées.

Le chef québécois de 43 ans a récemment marqué le début de son règne lors de répétitions d’une énième version de «La Traviata» de Verdi, premier opéra qui sera joué sous sa gouverne.

Non seulement a-t-il convaincu le metteur en scène de l’œuvre de modifier un passage important du spectacle, mais il a également permis le retour du second entracte pour cette création, apprend-on du quotidien «The New York Times».

C’est dans le but de permettre aux chanteurs de reposer leur voix entre les deuxième et troisième parties, mais aussi afin que le public puisse apprécier l’œuvre de Verdi davantage comme il l’a conçue, que Yannick Nézet-Séguin a insisté pour que la compagnie revienne sur sa décision de supprimer une pause prise il y a plusieurs années.

Le lancer du verre attendra

Le Québécois a également obtenu un changement durant le spectacle. Préférant de loin l’explosion de la musique à celle d’un verre de champagne lancé dans les airs, le directeur musical a réussi à modifier la scène où la soprano Diana Damrau, qui interprète l’héroïne Violetta, pose un tel geste pendant qu’elle chante «Sempre libera». L’actrice devra attendre la fin de la mesure pour ne pas que le son empiète sur la musique.

«Je ne veux pas dire que c’est pour défendre la musique, mais plutôt afin de la représenter dans toute la structure de cet opéra», a expliqué Yannick Nézet-Séguin à la publication américaine.

«Verdi est à son plus fort quand on respecte beaucoup le texte, la musique et l’élément dramatique», a-t-il ajouté.

Autre nouveauté, la soprano a désormais la tâche de jeter son verre dans les coulisses, ce qui évitera de blesser des membres de l’orchestre.