/news/green
Navigation

Les secours s’organisent aux Îles-de-la-Madeleine

Coup d'oeil sur cet article

Environ 1550 clients d’Hydro-Québec étaient toujours privés d’électricité aux Îles-de-la-Madeleine hier après qu’une tempête eut fait s’effondrer plusieurs poteaux électriques jeudi.

Vers 22 h 15 jeudi, le maire Jonathan Lapierre a annoncé qu’un des deux câbles qui avaient été sectionnés en raison des forts vents, coupant l’archipel du monde toute une journée, jeudi, avait pu être remis en service. Internet et les téléphones cellulaires ont donc recommencé à fonctionner pour les quelque 1200 Madelinots.

Ce faisant, un avion d’Hydro-Québec a pu se rendre dans l’archipel avec à son bord du personnel pour aider à rétablir l’électricité dans les résidences.

Le traversier qui fait la liaison entre l’archipel et le continent a aussi pu prendre la mer vers midi pour se rendre à Souris, une municipalité de l’Île-du-Prince-Édouard. Il devrait revenir aux Îles avec à son bord des camions d’Hydro-Québec.

Aucun blessé n’a été ramené à cause de la crise, malgré le fait qu’un complexe d’habitation à loyer modique a été la proie des flammes, mettant à la rue une vingtaine de résidents, dont plusieurs personnes âgées.

Niveau critique

Cet incident a contribué à faire baisser les réserves d’eau potable à un niveau critique. En journée, la municipalité a donc demandé à ses citoyens de réduire leur consommation d’eau aux besoins de base et de la faire bouillir deux minutes.

L’armée a pu faire se poser un avion aux Îles, avec à son bord une cinquantaine de personnes, dont des militaires, des employés des ministères de la Sécurité publique et de la Santé, des agents de la Sûreté du Québec et d’autres employés d’Hydro-Québec.

Un autre avion de l’armée qui devait arriver hier est finalement resté cloué au sol à l’aéroport de Saint-Hubert, en raison de problèmes techniques. Son départ a été reporté à ce matin, 8 h 30.

Des employés des entreprises de télécommunications ont aussi pu accéder à l’archipel grâce à ces avions, afin de mettre en place une ligne de communication satellite.

Coupés du monde extérieur pendant de longues heures, les habitants des Îles ont fait preuve de résilience, mais ont vécu la situation avec une certaine nervosité, a relaté le maire de la municipalité.

Une panne du genre, aussi longue, est une première dans l’histoire moderne, a mentionné M. Lapierre.

« On a connu bien des tempêtes qui ont fait que les avions étaient cloués au sol, que les navires du groupe CTMA ne pouvaient pas avoir accès au continent, mais on a presque toujours eu des communications cellulaires ou internet », a-t-il dit.

— Avec l’Agence QMI