/24m/outings
Navigation

Festival Noël dans le parc: accueillir la période des Fêtes avec Damien Robitaille

Coup d'oeil sur cet article

Maintenant qu’il est papa, Damien Robitaille côtoie de plus en plus la magie de Noël. Il est donc bien heureux de participer au festival montréalais consacré à cette fête ce week-end.

Le sympathique auteur-compositeur-interprète donnera le coup d’envoi, samedi à 19h à la Place Émilie-Gamelin, à la 25e édition de Noël dans le parc. La famille Ouellette et Bernard Adamus monteront aussi sur scène lors de cette soirée d’ouverture.

Convivial

«J’ai des jeunes enfants maintenant et on commence à faire le jeu du père Noël et tout ce qui l’entoure. Ils sont même à un âge où je pourrais les amener à Noël dans le parc, lance le père de deux enfants de 3 ans et 1 an. C’est un festival très convivial. C’est le fun. Tu viens avec ta famille. Il y a vraiment du monde de tous les âges qui viennent. Il n’y a pas meilleure façon d’accueillir Noël!»

Damien Robitaille a participé déjà quelques fois au festival et avoue bien aimer le concept. «C’est trippant! C’est la seule fois que j’ai joué dans une cabane vitrée! C’est comme chanter dans une cabane de pêche à glace! (rires), souligne-t-il. C’est particulier; nous les artistes on est au chaud dans la cabane et à travers la vitre tu vois le public dehors, mais tu ne les entends pas.»

Pour l’occasion, l’homme originaire de LaFontaine, en Ontario, a préparé un concert en formule quatuor, lui qui est normalement accompagné de cinq musiciens. «L’an dernier juste à trois c’était le party ici dans le parc, mais maintenant qu’on ajoute les tambours, je suis sûr que ça va encore plus rocker», indique-t-il en ajoutant qu’il présentera les chansons les plus festives de son répertoire.

Le musicien de 37 ans songe aussi à préparer une chanson de Noël spécialement pour l’événement. «D’habitude je me dis que les ¨tounes¨ de Noël et l’arbre de Noël, on peut commencer tout ça le 1er décembre. Ça tombe bien parce que le show est cette date-là. On ouvre le festival et on ouvrira aussi la saison de Noël pour moi et ma famille!»

Longue tournée

Avec Univers parallèles, Damien Robitaille se promène de ville en ville depuis maintenant un an et demi. Une tournée qui n’a jamais été aussi longue depuis qu’il fait le métier, avoue-t-il. «Cet été,on a fait quelques dizaines de milliers de kilomètres. Imagine, seulement en un an je suis allé cinq fois au Saguenay-Lac-Saint-Jean et trois fois en Gaspésie, l’Abitibi, toute la Côte-Nord... On a même fait l’Ouest canadien.»

Cette tournée continuera d’ailleurs jusqu’en 2020 puisque lui et ses musiciens ont gagné un prix lors d’un spectacle devant des producteurs français. L’interprète de Mot de passe partira donc en Europe pour présenter quelques spectacles.

Cette longue tournée rend Damien Robitaille heureux. «L’album a le temps de vieillir un peu et les gens connaissent de plus en plus les ¨tounes¨, alors on voit que les gens connaissent les paroles par cœur. C’est touchant quand tu regardes dans la foule et tu vois tout le monde qui chante à tue-tête. C’est le plus beau compliment que tu peux avoir en tant qu’auteur-compositeur.»

L’homme qui habite au Québec depuis 15 ans en est à sa première tournée depuis qu’il est papa, ce qui représente bien sûr une adaptation. «C’est plus difficile pour ma femme. Il y a une paire de bras de moins à la maison», souligne l’artiste qui avoue aussi parfois s’ennuyer loin des siens.

«Maintenant que j’ai des enfants, je peux rarement jouer de la musique à la maison. Alors quand je suis sur la scène, c’est le moment pour moi de faire vivre ma passion de la musique», ajoute celui qui aimerait un jour amener sa progéniture en tournée avec lui.

Coupures de Doug Ford

Difficile de ne pas aborder le suet des coupures du premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, avec un fier Franco-Ontarien. «J’étais anxieux quand l’annonce est sortie. Ça fait peur de voir ce gouvernement-là envoyer un message qui dit un peu qu’il s'en fout des Franco-Ontariens. Déjà que c’est difficile de garder sa langue quand tu habites en Ontario... Maintenant que j’habite au Québec c’est un acquis pour moi, je peux parler français. En Ontario, il faut que tu crées tes occasions pour parler français.»

«Une chose que je trouve formidable dans tout ça, c’est la solidarité qu’on voit ici au Québec. Je n’ai jamais vu les Québécois autant porter attention aux francophones hors Québec. De voir cette solidarité entre Canadiens, c’est motivant. C’est comme une vague d’amour qui vient et ça fait du bien», conclut Damien Robitaille.

25 ans et on vise toujours plus grand

Le festival Noël dans le parc souffle cette année ses 25 bougies, lui qui avait commencé de manière très modeste avec un trio de musiciens, un feu et une centaine de sapins.

«En soit, c’est un exploit de s’être rendu à 25 ans», souligne Julie Bourbonnière, directrice des relations publiques de l’événement. Je me souviens d’avoir vu Reynald (Bouchard), le fondateur, dire à chaque édition: ¨C’est la dernière année...¨, tellement il était découragé. Il se sentait souvent comme un quêteux auprès des partenaires et contributeurs. C’est un peu le lot de tous les organismes à but non lucratif.»

Pourtant, au fil des années, le festival a grandi et plutôt que de se dérouler seulement au parc Lahaie, comme au départ, il a aussi lieu simultanément au parc des Compagnons de Saint-Laurent et à la Place Émilie-Gamelin.

Jamais le comédien Reynald Bouchard n’aurait pensé que son événement prenne une telle ampleur, lui qui souhaitait au départ créer un village de Noël en milieu urbain. Pourtant, la flamme est toujours là dans le cœur des organisateurs qui voient encore plus grand.

«Notre désir avec Noël dans le parc c’est de devenir le plus grand festival de Noël en Amérique du Nord!», conclu Mme Bourbonnière.