/news/politics
Navigation

Maison Boileau: le congédiement du DG de Chambly réclamé

Maison Boileau: le congédiement du DG de Chambly réclamé
CAPTURE D'ÉCRAN TVA NOUVELLES

Coup d'oeil sur cet article

L’opposition à Chambly réclame le congédiement du directeur général de la Ville, qui a affirmé avoir décidé seul de mettre à terre une demeure patrimoniale sans avoir l’approbation des instances municipales.  

 Les deux conseillers de l’opposition déposeront mardi prochain une résolution en ce sens au conseil municipal de Chambly.  

 «Un individu a pris une décision et a décidé de l’exécuter en faisant fi de la réglementation municipale [...] Il s’agit d’une faute grave et il est impensable de conserver cette personne dans le rôle qu’elle occupe», indique par communiqué Démocratie Chambly, le parti d’opposition au maire Denis Lavoie.  

 L’individu visé n’est autre que le directeur général de la Ville, Michel Larose, qui a ordonné le 22 novembre la démolition de la maison Boileau, une bâtisse vieille de 200 ans qui a appartenu à un patriote.  

 Démocratie Chambly souligne que cette décision a été prise sans passer devant le comité de démolition, le comité d’urbanisme ou le conseil municipal. De plus, aucun avis public n’a été diffusé.  

 Urgence  

 M. Larose a plusieurs fois justifié son geste devant les médias en insistant sur les risques que présentait, pour la sécurité du public, la vétuste maison Boileau.  

 «Si je ne la mettais pas à terre et que quelqu’un était blessé, j’aurais pu être criminellement responsable», a martelé M. Larose mardi, en point de presse.  

 Le directeur général a indiqué que le danger imminent lui avait été signalé le 20 novembre par un entrepreneur qui venait de visiter la maison.  

 Étrangement, M. Larose a également dit, au cours du même point de presse, qu’il avait pris sa décision 12 jours auparavant, soit le 8 novembre. Il a précisé en avoir avisé le maire, mais pas les conseillers de l’opposition, ni les citoyens, ni la Société d’histoire de Chambly, ni le député, ni les médias.