/opinion/columnists
Navigation

Québec solidaire versus le peuple

Québec solidaire versus le peuple
Photos Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Aux yeux de Gabriel Nadeau-Dubois­­­ et Manon Massé, l’immigration ne pose pas de problème au Québec.

GND estime qu’il n’y a pas de crise de la diversité religieuse. Normal puisque QS considère aussi que le premier ministre Trudeau ne doit pas accepter que le premier ministre Legault puisse réduire annuellement le nombre d’immigrants de 52 000 à 40 000.

« Garder un nombre de réfugiés qui nous permet de jouer un rôle de solidarité avec les plus mal-pris de notre planète, c’est une bonne chose », a déclaré Nadeau-Dubois dans Le Devoir. Ce avec quoi on ne peut qu’être d’accord, car les réfugiés ne sont pas des immigrants comme les autres : leur vie est en danger.

Québec solidaire est en accord avec la position du Parti libéral du Québec, qui s’oppose avec véhémence à la réduction du nombre d’immigrants au Québec, quels qu’ils soient, d’ailleurs. Le sondage publié il y a quelques jours pour le compte de Radio-Canada permet de constater que les deux tiers des Québécois appuient le gouvernement caquiste en cette matière.

Faute des médias

Cela oblige le leader parlementaire de QS à dénoncer les médias et des groupes et des individus qui martèlent depuis dix ans dans l’espace public à coup de chroniques et d’opinion qu’il y a un énorme problème avec la présence du religieux dans notre société.

Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé regrettent que la population subisse cette influence indue. Autrement dit, les porte-parole de Québec solidaire considèrent que le « peuple » dont ils prétendent être les porte-parole ne pense pas comme eux. Non pas par conviction, mais parce qu’ils sont les victimes des chroniqueurs, qui demeurent critiques quant à des revendications de religieux qui s’opposent à la politique de laïcisation du Québec incarné par la CAQ.

S’attaquer aux médias n’est pas banal. Surtout quand il s’agit d’un parti donneur de leçons comme Québec solidaire. Un parti qui a la prétention avec ses dix députés de « révolutionner » les mœurs politiques. De « purifier » le Québec en quelque sorte en brandissant haut et fort les étendards de la rectitude politique.

QS et PLQ solidaires

En s’opposant à la majorité des Québécois qui appuient la CAQ, les porte-paroles de Québec solidaire ne laissent-ils pas entendre qu’ils considèrent la politique de François Legault comme vaguement intolérante, voire raciste, rejoignant ainsi la vision de Philippe Couillard en la matière ?

Nous sommes à la croisée des chemins. Si le gouvernement Legault, fort des résultats de l’élection du 1er octobre, ne réussit pas malgré l’appui majoritaire des Québécois à imposer sa vision de la laïcité par une loi, nous devrions conclure que le Québec n’a plus les moyens politiques de protéger sa distinction historique au sein du Canada.

Si les opposants ne respectent pas la volonté de l’Assemblée nationale telle qu’exprimée dans un vote sur les accommodements raisonnables et le nombre d’immigrants à recevoir, il faudra aussi conclure que le multiculturalisme version Trudeau a triomphé. Comme son père avait triomphé avant lui lorsqu’il a imposé la constitution canadienne sans la signature du Québec en 1982.