/weekend
Navigation

600 000 visionnements pour Chant de pot

600 000 visionnements pour Chant de pot
Photo courtoisie, Jessy Such

Coup d'oeil sur cet article

La formation québécoise Carotté était loin de croire que le clip de sa chanson Chant de pot était pour obtenir un demi-million de visionnements sur Facebook. Surtout qu’elle a failli ne pas se retrouver sur le deuxième album du collectif mélangeant punk et musique traditionnelle.

Les membres du groupe basé à Neuville n’en reviennent tout simplement pas.

« On n’en revenait pas et on se demandait ce qui était en train de se passer, lorsqu’on a constaté le nombre de visionnements. C’est une pièce qui a failli ne pas se retrouver sur l’album et qu’on ne pensait même pas faire en spectacle. Mais là, on n’a plus le choix », a lancé le guitariste Médé Langlois, agriculteur dans la vie de tous les jours.

​Chant de pot, qui est le deuxième extrait de l’album Dansons donc un quadrille avant de passer au cash, lancé le 2 novembre dernier, a atteint 600 000 visionnements.

« Ça nous a pris par surprise. Ça se partage partout sur Facebook. Ça part des jeunes, en raison du sujet qui les fait rigoler, et ça va jusqu’aux mononcles et matantes qui aiment le côté festif de la toune », a ajouté le chanteur Éric Roberge, quelques heures avant de lancer, à Sherbrooke, la quatrième tournée des Fêtes de Carotté.

Une série de 12 concerts qui s’arrêtera ce soir, à 20 h, à L’Anti Bar & Spectacles, dans le quartier Saint-Roch.

Trois ans après l’album Punklore et trashdition, la formation constituée d’Étienne Bourré-Denis, de Max Doré, de Médé Langlois, de Manuel et Simon Lavallée ainsi que d’Éric Roberge est de retour avec une nouvelle collection de chansons.

Chansons festives

Un disque où Carotté continue de croiser le punk avec des airs traditionnels. On peut entendre des mesures de La Bastringue et de Ah oui ! on en a des Légumes, de La Bolduc, dans les chansons Habitant et L’Agro Punk.

« On part souvent d’une pièce traditionnelle qui nous inspire et on la met à notre main », a expliqué le chanteur Éric Roberge.

La formation a accès à des archives qui ont été constituées par Mme Louisette Proulx, du comté de Portneuf, où l’on retrouve des pièces qui étaient chantées par ses grands-parents et ses ancêtres. Des pièces, pour la plupart, qui n’ont jamais été endisquées.

« On peut les prendre telles quelles, utiliser un reel ou un air, ou la déboîter complètement », a fait remarquer Médé Langlois, dont la ferme familiale qu’il dirige existe depuis 1667.

Les chansons de Carotté sont festives. Elles abordent, comme les chansons traditionnelles, la vie de tous les jours et dénoncent, parfois, certaines choses.

Carotté, indique Médé Langlois, s’inscrit dans la tradition de la ferme familiale.

« Partir et jouer de la musique fait partie de l’ADN de la ferme. C’est quelque chose d’important, et qui est en place depuis plus de 350 ans. On continue la tradition », a laissé tomber celui qui cultive plusieurs variétés de légumes et qui possède un troupeau de 50 vaches laitières.


Carotté est en spectacle aujourd’hui à L’Anti Bar & Spectacles, le 7 décembre au Bar à Pitons à Chicoutimi et le 8 décembre à la microbrasserie Lion Bleu à Alma. Toutes les dates de la tournée de Carotté sont en ligne à carotte.biz.