/world/usa
Navigation

L’ex-président américain George H. W. Bush est mort, les hommages affluent

Coup d'oeil sur cet article

Washington | L’ancien président des États-Unis George H.W. Bush, qui dirigea son pays de 1989 à 1993 durant la fin de la Guerre froide et gagna la première guerre du Golfe, est mort vendredi soir à l’âge de 94 ans, son décès suscitant les hommages unanimes de la classe politique et de ses successeurs.

Le décès du 41e président des États-Unis, quelques mois après celui de son épouse Barbara, a été annoncé par son fils George W. Bush qui s’était installé à la Maison-Blanche huit ans après sa défaite de son père face à Bill Clinton en 1992.

«Jeb, Neil, Marvin, Doro et moi avons la tristesse d’annoncer qu’après 94 années remarquables notre cher papa est mort», a déclaré George W. Bush, président de 2001 à 2009, dans un communiqué publié par le porte-parole de la famille.

«George H.W. Bush était un homme doté d’une noblesse de caractère et le meilleur père qu’un fils ou une fille aurait pu souhaiter».

Les drapeaux étaient en berne aux États-Unis et au Royaume-Uni samedi en l’honneur de George Herbert Walker Bush, 41e président des États-Unis et père du 43e, décédé la veille chez lui au Texas. Il avait 94 ans.

Des funérailles nationales sont en préparation pour l’ancien président, une figure du parti républicain dont la mémoire a été saluée par l’ensemble de la classe politique américaine et par une myriade de dirigeants internationaux des XXe et XXIe siècles, de Mikhaïl Gorbatchev aux actuels dirigeants européens.

Le président Donald Trump participera bien aux obsèques, a annoncé la Maison-Blanche samedi. Cette participation est notable en raison de l’incident provoqué par l’une des dernières volontés de l’ancien sénateur républicain John McCain, qui avait expressément demandé à l’occupant du Bureau ovale de ne pas venir aux siennes.

M. Trump a décrété une journée de deuil national mercredi.

«Véritable partenaire»

L’ancien président américain était resté marié 73 années avec Barbara, morte en avril dernier. Affaibli par une forme de la maladie de Parkinson, George H. W. Bush se déplaçait depuis des années en fauteuil roulant, sans jamais se départir d’un large sourire et de chaussettes multicolores. L’une de ses dernières apparitions en public remontait à l’enterrement de son épouse, Barbara, il y a sept mois.

Le couple a eu cinq enfants et 17 petits-enfants. Outre George W. Bush, un autre de ses fils, Jeb, était engagé en politique. Candidat à la primaire républicaine de 2016, il avait été défait par Donald Trump.

L’actuel président américain a salué le «leadership inébranlable» de son prédécesseur.

«À travers son authenticité, son esprit et son engagement inébranlable en faveur de la foi, de la famille et de son pays, le président Bush a inspiré des générations de concitoyens américains», a affirmé M. Trump dans un communiqué transmis depuis Buenos Aires où il assiste au sommet du G20.

«L’Amérique a perdu un patriote et un humble serviteur», a assuré pour sa part Barack Obama, rendant hommage à son action qui a permis de «réduire le fléau des armes nucléaires et de former une vaste coalition internationale pour expulser un dictateur du Koweït».

M. Obama a aussi estimé que la diplomatie de George H. W. Bush avait contribué «à mettre fin à la Guerre froide sans tirer un coup de feu». Bill Clinton a évoqué son «amitié» avec celui qui l’avait précédé à la Maison-Blanche.

Le dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a également rendu un hommage appuyé à l’ancien président, qu’il a qualifié de «véritable partenaire».

Du côté des Européens, le président français Emmanuel Macron a salué un «grand dirigeant et un soutien sans faille de l’alliance avec l’Europe», dans une critique à peine voilée de Donald Trump.

La famille a précisé que George H. W. Bush était mort à Houston (Texas) entouré de ses proches. Les détails de ses funérailles seront divulgués en temps voulu, a-t-elle précisé. Mais la dépouille du 41e président des États-Unis devrait être transportée à Washington pour un hommage national.

Nouvel ordre mondial

George H. W. Bush était né le 12 juin 1924 à Milton, dans le Massachusetts. Issu d’une riche famille de cette région de Nouvelle-Angleterre, il avait dû mettre ses ambitions politiques entre parenthèses pour joindre l’UN Navy pendant la Seconde Guerre mondiale.

Bush en était devenu à 18 ans le plus jeune aviateur. Il survécut à la chute de son avion, abattu par les Japonais en 1944 au-dessus du Pacifique et fut démobilisé avec le grade d’enseigne de vaisseau.

Il entreprend ensuite une brève carrière dans l’industrie pétrolière, puis entre à la Chambre des représentants. Il sera patron de la puissante CIA avant de devenir le vice-président de Ronald Reagan. En 1988, il accède enfin à la Maison-Blanche après avoir défait le démocrate Michael Dukakis.

Il prône en politique étrangère «un nouvel ordre mondial» et connaît son heure de gloire lorsqu’il chasse Saddam Hussein du Koweït lors d’une guerre de quelques semaines en 1990, à la tête d’une coalition de 32 pays.

Mais battu par Bill Clinton, il fut le président d’un seul mandat.

«Peu d’Américains peuvent ou pourront jamais rivaliser avec le président Bush pour la façon dont ils auront servi les États-Unis», a réagi Bill Clinton, dans un message adressé en son nom et en celui de son épouse Hillary Clinton.

Après son départ de la Maison-Blanche, George Bush s’était consacré à ses causes philanthropiques surtout lorsque les États-Unis ou des pays voisins étaient frappés par des catastrophes.

Avec Bill Clinton, il avait ainsi contribué à lever des fonds pour les victimes du tsunami de 2004 en Asie ou pour les sinistrés du grand tremblement de terre en Haïti en 2010.

Il était aussi apparu plus récemment aux côtés de Bill Clinton, Jimmy Carter, Barack Obama et de son fils George W. Bush pour réunir de l’argent et aider les victimes d’un ouragan au Texas en 2017.

George H. W. Bush en dix grandes dates

12 juin 1924: naissance de George Herbert Walker Bush à Milton, dans le Massachusetts.

1942: s’engage dans l’US Navy, dont il est le plus jeune pilote. Il est démobilisé en 1944.

1945: épouse Barbara Pierce. Ils auront six enfants: George Walker, qui sera lui aussi président des États-Unis, Robin (décédée à l’âge de trois ans), John, surnommé «Jeb» et futur gouverneur de Floride puis candidat malheureux à la primaire républicaine en 2016, Neil, Marvin et Dorothy.

1953: crée la Zapata Petroleum Company au Texas, où il fait fortune.

1967-1971: élu du Texas à la Chambre des représentants (Parti républicain).

1971-1973: ambassadeur des États-Unis à l’ONU.

1976-1977: directeur de la CIA.

1981-1989: vice-président des États-Unis, sous Ronald Reagan. Il avait été son adversaire aux primaires républicaines en 1980.

1989-1993: 41e président des États-Unis. En août 1990, après l’invasion du Koweït par l’Irak, il prend la tête de la coalition internationale qui aboutit à la libération du Koweït en février 1991, à l’issue de l’opération éclair «Tempête du désert».

1992: candidat à sa réélection pour un second mandat, il est battu par Bill Clinton, officiellement investi le 20 janvier 1993.