/news/currentevents
Navigation

Des vandales se paient la traite sur la Rive-Sud

Des dizaines d’autos touchées à Brossard et Saint-Jean

Noémie Jacques
Photo Facebook de Noémie Jacques À Brossard, 28 voitures ont vu leurs vitres brisées, comme celle-ci, rue Lancaster.

Coup d'oeil sur cet article

Un ou plusieurs vandales, possiblement équipés d’une arme à plomb, ont brisé les vitres d’au moins 80 voitures à Brossard et Saint-Jean-sur-Richelieu dans la nuit de vendredi à samedi.

C’est en allant prendre une marche vendredi soir que Frank Barry, un résident du boulevard Gouin, à Saint-Jean-sur-Richelieu, a constaté qu’une des vitres de son véhicule avait été explosée.

« [Les vandales] ont ouvert mon coffre à gants, mais ils ont vu qu’il n’y avait rien à voler », a-t-il expliqué au Journal

RÉSEAUX SOCIAUX

M. Barry est loin d’être le seul à avoir vécu cette mauvaise surprise. La police de Saint-Jean-sur-Richelieu a confirmé au Journal que 51 véhicules avaient subi le même sort dans la ville.  

« Au début, je croyais que c’était quelqu’un qui m’en voulait, mais j’ai vu sur les réseaux sociaux [que d’autres voitures avaient été abîmées] », a ajouté Frank Barry. 

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL), qui assure la sécurité à Brossard, a indiqué qu’en date de samedi après-midi, 28 véhicules avaient été endommagés en ville.

À Brossard, Noémie Jacques et son compagnon ont vécu une situation similaire à celle de Frank Barry.

« La police a cogné à la porte pour nous dire que l’auto de mon copain [photo ci-dessus] avait été vandalisée », a raconté la jeune fille.

Elle a précisé au Journal qu’une dizaine d’autres voitures avaient été ciblées sur la rue Lancaster, où elle demeure avec son ami. 

« C’est sûr qu’on était surpris, a déclaré Noémie Jacques. La personne qui a fait ça n’a rien volé. Elle l’a fait juste pour le plaisir, j’imagine. C’est fâchant, même si on va être remboursés par l’assurance. » 

ARME À PLOMB

Le SPAL a en outre précisé que certains éléments laissaient penser qu’une arme à plomb aurait pu être utilisée pour commettre cette série de méfaits. 

La police de Saint-Jean-sur-Richelieu et le SPAL ont indiqué avoir ouvert une enquête. Les deux services collaboreront pour tenter d’y voir plus clair.