/finance/opinion/columnists
Navigation

Legault aura-t-il les moyens de faire plus?

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault sortira-t-il un lapin de son chapeau pour faire disparaître le fameux surplus de 4,1 milliards (3 G$ après versement au Fonds des générations) accumulé au cours des cinq premiers mois de l’actuel exercice financier 2018-19 ?

C’est ce qu’on saura lundi lors de la mise à jour budgétaire du nouveau ministre des Finances, l’ex-banquier Éric Girard.

À la suite de la divulgation du rapport mensuel au 31 août, on se rappellera que lui et son chef, François Legault, avaient remis en question la véracité de ce fabuleux surplus budgétaire, allant jusqu’à mettre en doute le système comptable gouvernemental.

Cette critique hautement négative de MM. Legault et Girard envers le ministère des Finances a de quoi étonner quand on sait que, peu importe le parti politique au pouvoir, c’est toujours la même équipe de fonctionnaires qui œuvre au sein du ministère !

Et qui plus est, pour la première fois de l’histoire électorale, la vérificatrice générale avait effectué une mise à jour objective de l’état des finances du gouvernement du Québec dans le but de permettre à tous les partis politiques de disposer des meilleures informations budgétaires possible.

Rendu au pouvoir, voilà que François Legault, lui-même comptable de profession, se met à douter des résultats rapportés mensuellement par le ministère des Finances. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait précédemment ?

Chose certaine, la remise en question du surplus budgétaire de 4 milliards $, accumulé lors des cinq premiers mois de l’exercice financier, donnait l’impression que MM. Legault et Girard tentaient de se trouver une porte de sortie pour minimiser les attentes face aux engagements financiers électoraux de la CAQ.

MAINTENANT

Pour « Faire plus. Faire mieux », François Legault a annoncé au cours de la campagne électorale des engagements financiers de l’ordre de 6,9 milliards $ pour les quatre prochains exercices financiers.

C’est très ambitieux comme programme. Pourquoi ? Parce que ces engagements financiers de la CAQ s’ajoutent aux généreux cadeaux de 38 milliards $ que le précédent gouvernement Couillard avait accordés lors de la mise à jour de novembre 2017 et du dernier budget du ministre Carlos Leitão, de mars 2018.

Pour tenir ses engagements financiers électoraux tout en maintenant le cap de l’équilibre budgétaire, le nouveau gouvernement Legault devra compter sur une solide croissance économique.

Sans cette croissance, qui peut générer les hausses de revenus dont il aura besoin, il devra choisir entre couper dans ses promesses électorales ou accepter de revenir en déficit !

Lors de la campagne électorale, François Legault laissait entendre qu’un gouvernement de la CAQ allait financer ses engagements financiers (près de 7 milliards $) comme suit : un, en mettant en place des « mesures d’optimisation » des dépenses gouvernementales qui lui permettraient d’économiser 5,6 milliards $ ; deux, en comptant sur une accélération de la croissance économique qui lui rapporterait des revenus supplémentaires de 1,1 milliard $.

La barre est haute pour le nouveau ministre des Finances.

On verra le résultat dans quatre ans.