/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Sauver son identité dans le Canada «post-national»...

drapeau franco ontarien
Simon Clark/Agence QMI La ville de Quebec a hisse le drapeau franco ontarien dans les jardins de l hotel de ville de Quebec, jeudi le 22 novembre 2018. SIMON CLARK/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Dans un pays où l’identité nationale n’existe plus, le combat pour la sauvegarde des identités francophones est-il voué à l’échec?

« Le Canada n'a pas d'identité profonde!» La chose aurait dû choquer. Cette déclaration venant d’un premier ministre qui venait à peine d’être élu.

Ce ne fut pas le cas. Justin Trudeau, en entrevue avec le prestigieux New-York Times, y allait de cette déclaration-choc : « Le Canada n’a pas d’identité profonde, d’identité commune ou dominante [...] ce qui fera du Canada le premier État post-national ».

Au New-York Times, on a trouvé la déclaration pour le moins radicale, mais pas surprenante. Dans son texte, le journaliste Guy Lawson dresse un portrait juste, sans complaisance, de Justin Trudeau, de la genèse de l’idéologie qui l’habite, de la filiation idéologique avec son père.

C’est pourquoi, en présentation de son article, Lawson établit que ce nouveau premier ministre redéfinira la notion même de ce que veut dire « être Canadien ».

Nous sommes en plein là-dedans. En ce moment.

Que vaut la nation de « peuples fondateurs » dans un pays qui se définit sans identité propre?

En ce jour du 1er décembre, les Franco-ontariens feront valoir leurs droits; des manifestations sont prévues en Ontario, mais un peu partout au Canada. À l’antenne régionale d’Ottawa-Gatineau de la radio de Radio-Canada, on discute beaucoup de ce dossier, le thème principal de l’émission Les Malins.

La journaliste Yasmina Mehdi présente une série de déclarations d’appui de francophones provenant de diverses collectivités francophones, du Yukon jusqu’à Terre-Neuve. Un détail me frappe, on en réfère, à plus d’une reprise, à l’identité canadienne, à la notion des « deux peuples fondateurs », à la dualité linguistique du Canada, son importance.

Dans ce Canada « post-national », il sera toujours difficile, voire irréconciliable, de défendre une dualité linguistique fondée sur l’identité ou l’appartenance à un des deux peuples fondateurs. Cette notion est, intrinsèquement, contradictoire.

Au cours de l’entrevue avec le New-York Times, le PM Trudeau ajoutait ceci : « Les pays où le sentiment d’appartenance à l’identité nationale est fort – que ce soit par la langue, la religion ou la culture - ont du mal à intégrer efficacement des personnes de différents horizons. En France, il y a toujours un citoyen typique et un citoyen atypique. On ne retrouve pas cette dynamique au Canada. »

Le combat pour la sauvegarde des fondements de la culture franco-ontarienne, des services qui sont inhérents au statut de « nation fondatrice » de ce pays, voilà qui découle de l’attachement à l’identité, à une identité particulière. À terme, on peut se demander si ce Canada du multiculturalisme, ce Canada post-national est conciliable avec ce type de combat identitaire.

On a froncé les sourcils quand Doug Ford, le PM de l’Ontario, a répété, de vive voix, à plusieurs citoyens d’expression francophone de sa province, l’affirmation suivante : « oui, il peut y avoir 600 000 Franco-Ontariens, mais on ne doit pas oublier qu’il y a aussi 600 000 Ontariens Chinois et 600 000 Ontariens d'origine italienne. La province ne peut pas plaire à tout le monde. »

C’est que le PM de l’Ontario avait invité les Franco-ontariens inquiets par les coupures de services à l’appeler directement. Beaucoup l’ont fait et ont vu le PM retourner l’appel. Jacynthe Dupont, employée d’une commission scolaire francophone de la région d’Ottawa, fut l’une de ces personnes. En entrevue avec le journal Ottawa Citizen, elle s’est dite « inquiète que le PM la compare aux autres minorités ».

Encore, ici, comment ne pas penser qu’à terme, cette notion de « minorité privilégiée » par rapport à d’autres subsiste, dans un pays où l’identité nationale n’existe plus, dans un pays qui se targue d’avoir dépassé le concept même de « nation ».

On peut légitimement se poser la question.

Des coupes drastiques au Manitoba

En passant, en ce jour du 1er décembre, on pourra aussi manifester en soutien des francophones du Manitoba. En 2016, plusieurs Franco-manitobains s’étaient indignés que la nouvelle ministre responsable des Affaires francophones soit unilingue anglophone.

Cette ministre a annoncé plus tôt cette semaine qu’elle supprimait la moitié des postes du service de traduction de la province.

Flang!

On envoie ça au privé.