/news/currentevents
Navigation

Des bandits «à cravate» se paient le mariage de l’année

Coup d'oeil sur cet article

 Demoiselles d’honneur en veste de cuir, rutilante Cadillac décapotable pour les mariés, criminels tirés à quatre épingles, le mariage d’un puissant Hells Angel à la fille d’une narcotrafiquante avait des allures de soirée de gala sous haute surveillance policière hier soir en plein cœur de Montréal. 

 Les motards s’étaient mis sur leur 36 pour célébrer le mariage de Martin Robert, un influent membre du chapitre de Montréal, et Annie Arbic, la fille de la « Reine de Kanesatake », dans l’une des salles de réception les plus huppées de la métropole. 

 Habitués aux vestes de cuir et aux jeans, la présence des Salvatore Cazzetta, Salvatore Brunetti et Stéphane Jarry en smoking ou en complet soulignait d’autant plus l’importance de l’événement. 

 Parmi les bonzes des motards, Mario Brouillette, un des leaders allégués des Hells, a fait une rare « apparition » publique, aux côtés de ses confrères, lui qui était sous un capuchon. Si le logo du club se faisait discret, certains convives affichaient fièrement des bijoux arborant la fameuse tête de mort ailée. 

 Ride or die... 

 C’était plutôt les demoiselles d’honneur qui portaient des vestes en cuir, avec l’inscription « Ride or die », une expression associée aux motocyclistes hors-la-loi. 

 Les mariés sont arrivés en trombe à bord d’une Cadillac Eldorado 1966 décapotable à 17 h 45 avant de s’engouffrer dans la salle de bal du Windsor. 

 Plusieurs badauds se sont arrêtés devant le va-et-vient constant de véhicules de luxe et d’autobus devant l’immeuble historique. 

 Avec environ 270 invités issus de différentes factions du monde interlope réunis sur la rue Peel, la noce du couple a aussi attiré le gratin du renseignement criminel. 

 Ainsi, des observateurs des modules spécialisés en crime organisé de la Gendarmerie royale du Canada, de la Sûreté du Québec et du Service de police de la Ville de Montréal scrutaient chacune des arrivées. 

 Banque de photos renouvelée 

 Comme pour les funérailles ou les « partys », il s’agit d’une occasion pour les agents de renouveler leurs banques de photos et d’identifier de nouveaux venus dans le giron des motards. 

 « Ils peuvent aussi confirmer certaines informations transmises par des sources et tester leur crédibilité », affirme Paul Laplante, policier à la retraite qui a dirigé l’Escouade Carcajou. 

 La relation que le couple entretient depuis plus de 10 ans a déjà coûté plusieurs mois de liberté à la nouvelle Mme Robert. 

 En 2009, alors qu’elle purgeait une peine de pénitencier de 42 mois pour son implication dans le vaste réseau de trafic de stupéfiants de sa mère, les libérations conditionnelles lui avait refusé une première demande d’élargissement. 

 Même si elle était considérée comme une détenue modèle à la prison pour femme de Joliette, les commissaires ont jugé son amour pour le Hells Angel « très préoccupant ». 

  

 Qui est martin robert ?

Photo Agence QMI, Joël Lemay
  •  Considéré comme l’un des Hells Angels les plus influents de la province 
  •  A obtenu le statut « World » dans le gang, un des rares du Québec à y avoir accédé 
  •  A écopé de cinq ans de prison en 2010 après s’être reconnu coupable de complot pour meurtre durant la guerre des motards 
  •  A déjà été accusé d’avoir ouvert des comptes offshore dans des paradis fiscaux pour blanchir des narcodollars  

 Qui est Annie Arbic ?

Photo Agence QMI, Joël Lemay
  •  Fille de Sharon Simon, surnommée la « Reine de Kanesatake » 
  •  Arrêtée en 2006, elle coordonnait l’exportation de stupéfiants dans le réseau de sa mère alors qu’elle avait 21 ans 
  •  Condamnée à 42 mois de prison en 2008 
  •  En relation avec Martin Robert depuis plus de 10 ans   
Salvatore Cazzetta
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Salvatore Cazzetta

Les membres les plus influents des Hells Angels comme Salvatore Cazzetta et Salvatore Brunetti ont fait des entrées remarquées, tout comme la mère de la mariée, Sharon Simon, surnommée la « Reine de Kanesatake ». La femme à la tête d’un important réseau de trafic a été condamnée à 50 mois de prison il y a 10 ans.  

Salvatore Brunetti
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Salvatore Brunetti
Sharon Simon
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Sharon Simon