/world/europe
Navigation

Les Français jugent négatifs les effets de l’immigration

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Les Français estiment que l’immigration est négative dans une vaste série de domaines comme l’économie, la cohésion nationale, la sécurité, et qu’il n’est pas souhaitable d’accueillir plus d’étrangers, selon un sondage publié par le Journal du dimanche (JDD). 58% des Français jugent négatif le rôle de l’immigration de manière générale, et la tendance se retrouve dans presque tous les thèmes déclinés: croissance (54%), avenir du pays (55%), identité du pays (58%), respect de la laïcité (61%), cohésion de la société (64%), ou encore sécurité (66%).

Plus largement, 64% jugent qu’accueillir des immigrés supplémentaires n’est pas souhaitable, alors que de nombreux clandestins arrivent régulièrement en Europe, et que la question migratoire risque d’être importante dans le débat public avant les élections européennes de mai 2019.

Ce sondage illustre l’hostilité d’une population française qui a intégré de très nombreux immigrés depuis des décennies, un phénomène qui a contribué à transformer la société, le tout dans un contexte économique national peu reluisant.

Les Français sont cependant favorables à l’accueil des populations en danger. 61% pensent que la France doit accueillir les migrants fuyant la guerre et la misère.

Mais ils sont hostiles à la migration économique. 71% considèrent qu’elle permet au patronat de tirer les salaires vers le bas; et 60% qu’il faut choisir ses immigrés en fonction des besoins économiques du pays.

Concernant le contexte européen, et les difficultés de l’Union à trouver une position commune sur la gestion et la répartition des flux migratoires vers l’Europe, les Français sont favorables à une solution nationale, puisque 63% d’entre eux sont pour la suppression des accords de Schengen instaurant la libre circulation des personnes au sein de l’UE, se prononçant ainsi de facto pour un rétablissement des frontières nationales.

De même, ils sont 54% à préférer que l’accueil et la répartition des migrants en Europe soient décidés au niveau national. Mais ils ne sont pas opposés à ce que la France participe à une action concertée d’accueil, puisque 51% sont favorables à ce que la France accueille une partie des migrants qui arrivent sur les côtes grecques, italiennes ou espagnoles.

Le sondage a été réalisé par l’institut Ifop du 23 au 26 novembre, auprès d’un échantillon représentatif de 1.015 majeurs, selon la méthode des quotas.