/world/america
Navigation

Frontière États-Unis-Mexique: rencontre entre Pompeo et son nouvel homologue mexicain

Frontière États-Unis-Mexique: rencontre entre Pompeo et son nouvel homologue mexicain
AFP

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Le nouveau ministre des Affaires étrangères mexicain Marcelo Ebrard a rencontré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo à Washington, sur fond de tensions liées à la situation à la frontière entre les deux pays, où sont massés des milliers de migrants venus d’Amérique centrale.

« Une conversation amicale comme une première approche vers une entente durable entre le Mexique et les États-Unis », a tweeté M. Ebrard, après la rencontre dimanche avec son homologue américain, au lendemain de la prise de fonctions du nouveau président mexicain, Andrés Manuel Lopez Obrador.

« Je veux le remercier pour son attitude et son respect à l’égard du nouveau gouvernement du président Lopez Obrador », a poursuivi le chef de la diplomatie mexicaine.

Dimanche, les deux hommes ont discuté d’ » un engagement mutuel pour aborder nos défis et perspectives communes pour le futur », a indiqué Heather Nauert, porte-parole du département d’État.

Mexico et Washington sont à la recherche d’une solution, à court et long terme, face à l’arrivée de milliers de migrants venus d’Amérique centrale, stationnant à la frontière entre leurs deux pays.

Le président américain fait pression sur son nouvel homologue mexicain pour accepter un accord visant à ce que les demandeurs d’asile restent au Mexique en attente d’un examen de leurs requêtes aux États-Unis.

Samedi, le Mexique, le Guatemala, le Salvador et le Honduras sont convenus, en marge de l’investiture du nouveau président mexicain, de lancer un « plan de développement » pour tenter de freiner l’émigration depuis l’Amérique centrale.

Il s’agit, selon M. Ebrard, d’un projet similaire « en termes de volume d’effort » au Plan Marshall, une initiative américaine pour aider l’Europe à se reconstruire au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Les migrants partis du Honduras mi-octobre pour aller aux États-Unis se dispersent désormais à Tijuana (nord-ouest du Mexique), quelque 2500 d’entre eux seulement étant encore localisé sur les plus de 6000 arrivées à la frontière américaine, selon un comptage officiel annoncé dimanche à l’AFP.