/sports/fighting
Navigation

Coma d'Adonis Stevenson: les risques du métier selon Pascal

Coma d'Adonis Stevenson: les risques du métier selon Pascal
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Comme bien des intervenants du monde de la boxe, Jean Pascal s’interroge sur ce qui est arrivé à Adonis Stevenson pour qu’il se retrouve dans un coma artificiel après son combat contre Oleksandr Gvozdyk.   

« Après le combat, je n’étais pas inquiet pour Stevenson, car il n’avait pas été impliqué dans une guerre, a souligné Jean Pascal. Il n’avait pas encaissé de gros coups sauf les deux derniers. J’ai attribué sa défaite à la fatigue et à la force de frappe de Gvozdyk. »

L’ancien champion du monde est convaincu que ce n’est pas le duel de samedi qui est la cause principale de l’état de santé précaire de Superman

« Je ne suis pas médecin. Il avait possiblement quelque chose avant, mais qui n’avait pas été décelé, a-t-il souligné. De plus, ce n’est pas un boxeur qui a été impliqué dans des guerres au gymnase ou dans ses combats. »

Pascal est présentement en réflexion sur sa carrière, mais la situation de Stevenson n’aura pas d’impact sur sa décision. 

« C’est sûr que ça fait peur et que c’est triste, mais ce sont les risques du métier et du sport, a ajouté le pugiliste de 36 ans. Si ton ami a un accident, est-ce que ça va t’empêcher de prendre ta voiture ? La réponse est non. 

« C’est sûr qu’une telle situation peut te faire réfléchir, mais ça n’arrive pas couramment. »

Dans les bottines de Gvozdyk

S’il y a un boxeur qui peut comprendre dans quel état d’esprit doit se trouver Gvozdyk à l’heure actuelle, c’est Francis Lafrenière. En 2015, le boxeur québécois avait envoyé le Canadien Aubrey Morrow à l’hôpital après un knock-out.

« Je m’en souviens comme si c’était hier, a souligné Lafrenière. Lors des trois derniers rounds, Morrow ne lançait plus de coups alors que je l’avais connecté souvent avec autorité. 

« Par la suite, il s’est retrouvé à l’hôpital pendant deux semaines après avoir subi une hémorragie cérébrale. Je sais très bien comment se sent Gvozdyk à l’heure actuelle. Après la première nuit, la réalité te frappe en plein visage. »

Après sa sortie de l’hôpital, Morrow a accroché ses gants et heureusement, il n’a pas gardé de séquelles après son combat contre Lafrenière.