/misc
Navigation

CAQ : Le naturel revient au galop à l’épouvante

Le premier ministre du Québec, François Legault
Photo Simon Clark Le premier ministre du Québec, François Legault

Coup d'oeil sur cet article

La CAQ : un vrai parti populiste

N’ayons pas peur des mots : la CAQ, François Legault et ses nouveaux députés sont de vrais populistes. Soit ils sont incompétents, soit ils sont opportunistes - mais l’un n’exclut pas l’autre - pour plusieurs d’entre eux qui, pour renforcer leur pouvoir, vont exacerber le sentiment de peur chez les gens. Ils vont dire et promettre n’importe quoi (des promesses qui souvent ne seront jamais réalisées), jouer avec les mots jusqu’à dire des demi-vérités et des tromperies. Ils vont aussi formuler des slogans et des clichés accrocheurs et racoleurs mais vides de sens, comme leurs «lignes» de parti qu’ils vont répéter inlassablement même si elles n’ont rien à voir avec les questions posées. Populiste la CAQ, c’est pas juste moi qui le dis, mais aussi la très sérieuse revue britannique internationale The Economist : «Legault associé au populisme par une prestigieuse revue» (Le Journal de Montréal, 22 avril 2018).

C’est quoi des clichés creux?

Moi ça m’énerve quand les politiciens et les gens d’affaires nous sortent des devises et des slogans accrocheurs conçus par des firmes de relations publiques afin de vous faire mordre à leur hameçon. En voici certains qui ont été largués par la CAQ :

- «La CAQ prône un «changement responsable» (Le Devoir, 24 février 2018). Les libéraux et Trump disaient la même chose. C’est quoi au juste un changement responsable? Sera-t-il de la même nature pour Donald Trump et Bernie Sanders? Les libéraux de Couillard ont adopté leurs mesures d’austérité au nom de changements draconiens mais responsables. Responsables envers qui et pour qui? Voilà la question. 

- Celui-ci largué par François Legault fait très autoritaire pour ne pas dire dictatorial : «Legault promet du changement dans «l’ordre» (Le Devoir, 3 octobre 2008). Du changement dans l’ordre, du genre qu’il faut obéir aux ordres et ne pas trop rouspéter? Prière de vous soumettre à l’ordre établi.

- Une autre perle à la fois vertueuse et un brin moraliste : «Legault mise sur l’adhésion plutôt que l’affrontement» (Le Devoir, 19 octobre 2018). Si on adhère docilement et tranquillement aux politiques énoncées par les élus et inspirées par la classe dominante, il n’y en aura pas d’affrontement avec les gens chargés de faire régner l’ordre.

- «CAQ. François Legault invite les jeunes à créer une «nouvelle Révolution tranquille» (Le Devoir, 25 septembre 2017). Révolution dans le genre moderniser, adapter et réingénierer l’État? Révolution comme dans moins d’État et plus de privé? Mais il ne faut que ce soit tranquille sans tout virer à l’envers et sans rien casser. Une révolution qui plait à la secte supérieure quoi, et qui se faire dans l’ordre!

- Une de mes citations préférées : «François Legault se pose en révolutionnaire» (Le Devoir, 5 avril 2014). Donald Trump et Stephen Harper se sont aussi posés en révolutionnaires. Peut-être que l’on pourra dire à nos enfants qu’après Fidel Castro vint François Legault? Comme Jean-le-baptiste a été le précurseur de Jésus, Fidel fut celui qui, dans l’histoire, a précédé François. 

- «Moderniser l’État. Legault promet le courage que Charest (et Couillard) n’a pas eu» (Le Devoir, 8 février 2012). Il me semble que ça fait des histoires plates de toujours parler de moderniser l’État. Il faudrait que M. Legault change de cassette, car on sait plus trop à quoi ça rime les mirages et les fantasmes de la modernisation de l’État. Et il ne trouve pas que messieurs Charest et Couillard l’ont assez modernisé l’État? Et toujours la question : au profit de qui?

Après un mois de pouvoir, il revient au galop

Je dois l’avouer : je n’aime pas du tout plusieurs des premiers gestes posés par la CAQ sans aucune consultation, allant à l’encontre de l’avis de plusieurs et niant les promesses faites. Ça commence très bien. On n’est pas sorti du bois, s’il reste justement du «bois» après le règne révolutionnaire de la CAQ au pouvoir.

Disons le d’emblée que ça fait populiste : «Moins d’immigrants dès 2019, tranche la CAQ» et «Signes religieux. Pas de pardon pour les croyants qui s’affichent» (Le Devoir, 6 septembre et 4 octobre 2018). 

Un premier exemple de changement caquiste où l’idéologie et la morale priment : «Du cannabis à 21 ans, malgré l’avis des scientifiques. Québec (CAQ) se prépare à faire fi des consensus établis en la matière» (Le Devoir, 26 novembre 2018). Moi j’irais même plus loin : «Surtout pas de sexe avant 21 ans, même pas avant le mariage si possible».

La nouvelle députée caquiste d’Argenteuil Agnès Grondin a le sens de l’humeur et de d’autres choses comme quand elle a dit, très sérieusement : «À la CAQ pour défendre l’environnement» (Le Devoir, 24 octobre 2018). Franchement! À la défense de l’environnement comme elle veut, mais cela ne vient pas d’empêcher que : «Mont-Tremblant. La CAQ ouvre le parc aux motoneiges» (Le Devoir, 24 novembre 2018). Même le PLQ, qui était loin d’être un écologiste enragé, n’avait pas osé faire ça. Comme si les motoneigistes n’avaient pas assez de pistes actuellement au Québec. À la CAQ, on a dit oui aux skidoos au parc du Mont-Tremblant et on ne dit pas non aux autres parcs

au Québec afin de favoriser l’économie régionale qu’ils prétendent. Un des premiers gestes «révolutionnaires» posés par le commandant en chef du Québec, je suppose? C’est comme ça que l’on va moderniser le Québec? Et la CAQ qui vient de dire oui à la construction d’une usine de produits chimiques très beaucoup polluante (630 000 tonnes métriques de gaz à effet de serre par an) à Bécancour pour une poignée de jobs, soit 200 tout au plus. Et l’écolo qui en rajoute : «Milieux humides : Legault veut assouplir les règles de protection» (La Presse canadienne, 24 septembre 2018). 

Et déjà une autre promesse caquiste importante mise sur le «hold». La nouvelle révolution tranquille attendra : «Médecins spécialistes : Québec (CAQ) suspend la hausse des salaires» (Le Devoir, 25 octobre 2018). La tranquillité prime sur la révolution, n’est-ce pas? «Médecins spécialistes : Francoeur (la boss des toubibs) sert un avertissement à Legault» (Le Devoir, 15 août 2018). Il n’y a pas de mal à s’écraser pour une bonne cause, n’est-ce pas? Et cette nouvelle, une de plus, qui me fait peur : «La ministre (caquiste de la santé) McCann évoque des compressions en santé pour corriger le tir» (Le Soleil, 23 octobre 2018). Ben quoi, tant qu’à moderniser encore plus le Québec...

Ma dernière, dont François Legault a les droits d’auteur : «Legault promet «les plus belles écoles du monde» en investissant moins que le PLQ» (La Presse, 16 septembre 2018). Déjà que le PLQ avait désinvesti en éducation, ça promet! On nous sert encore le bon vieux dicton creux de «faire plus avec moins». Et ce qu’on apprend cette semaine? Youri Chassin va s’occuper de revoir le financement des CÉGEPS (La Presse, 2 décembre 2018). On est pas sorti de l’auberge, car le loup vient de rentrer dans la bergerie.