/news/society
Navigation

David Saint-Jacques: É-P-O-U-S-T-O-U-F-L-A-N-T!

Le Québécois est arrivé sans encombre à la Station spatiale internationale hier après un vol de six heures

La navette Soyouz MS-11, de la mission Expédition 58, décolle de Baïkonour au Kazakhstan.
Photo AFP La navette Soyouz MS-11, de la mission Expédition 58, décolle de Baïkonour au Kazakhstan.

Coup d'oeil sur cet article

Premier Québécois dans l’espace depuis près de 10 ans, David Saint-Jacques s’est dit « complètement abasourdi » d’avoir finalement atteint la Station spatiale internationale où il passera six mois.

« Pour le moment, je suis juste complètement abasourdi par tout ce que j’ai vu pendant les six dernières heures : incroyable », a confié l’astronaute à sa femme, Véronique Morin, quelques heures après son arrivée.

Mme Morin était en compagnie des parents de M. Saint-Jacques et de plusieurs proches des autres astronautes lorsqu’ils se sont adressés aux occupants de la Station spatiale internationale (SSI) par téléphone du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, d’où était partie la fusée. Ils étaient accompagnés entre autres de la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, la dernière astronaute québécoise à être allée dans l’espace.

L’atmosphère dans la SSI était bonne à l’arrivée de M. Saint-Jacques et ses deux coéquipiers, l’Américaine Anne McClain et le Russe Oleg Kononenko. Ils ont été chaudement accueillis par leurs prédécesseurs, le Russe Sergey Prokopyev, l’Américaine Serena Auñón-Chancellor et l’Allemand Alexander Gerst.

Les astronautes de la Station spatiale internationale ont pu parler à leur famille hier. En haut : Sergey Prokopyev, Alexander Gerst, en bas : David Saint-Jacques, Oleg Kononenko et Anne McClain.
Photo tirée de Facebook, Agence Spatiale Canadienne
Les astronautes de la Station spatiale internationale ont pu parler à leur famille hier. En haut : Sergey Prokopyev, Alexander Gerst, en bas : David Saint-Jacques, Oleg Kononenko et Anne McClain.

Six heures de vol

« Cette vision-là de la Terre, le premier lever de soleil que j’ai vu, tout à l’heure, en arrivant en orbite, c’était époustouflant », a déclaré M. Saint-Jacques.

Le lancement de la fusée Soyouz dans laquelle il prenait place s’est déroulé sans problème tout comme le voyage qui a duré un peu plus de six heures pour les mener à la SSI, à environ 400 km de la Terre.

L’émotion était palpable à l’Agence spatiale canadienne de Longueuil, quelques minutes avant son décollage.

Quelque 200 membres du personnel de l’Agence, de la famille et des amis de l’astronaute de 48 ans s’étaient rassemblés pour l’occasion.

Le Québécois salue ses proches, dont l’un de ses fils, de l’autobus qui doit le transporter vers la rampe de lancement.
Photo AFP
Le Québécois salue ses proches, dont l’un de ses fils, de l’autobus qui doit le transporter vers la rampe de lancement.

Expériences et pilotage

Aucun obstacle auquel sera confronté l’astronaute Saint-Jacques durant son voyage en orbite autour de la Terre n’égalera la difficulté de se voir arraché à sa famille, souligne un astronaute canadien.

« Le plus grand obstacle, c’était de m’ennuyer de ma famille », se souvient Robert Thirsk, astronaute canadien retraité, qui cumule cinq missions spatiales.

Pour les six prochains mois, M. Saint-Jacques sera entre autres responsable de piloter le Bras canadien (Canadarm2) et d’opérer la SSI avec ses collègues. Il servira aussi de cobaye pour différentes expériences du domaine de la santé.

Les québécois dans l’espace

Marc Garneau

► Astronaute, 1984, 1996 et 2000

La navette Soyouz MS-11, de la mission Expédition 58, décolle de Baïkonour au Kazakhstan.
Photo d'archives

Julie Payette

► Astronaute, 1999 et 2009

La navette Soyouz MS-11, de la mission Expédition 58, décolle de Baïkonour au Kazakhstan.
Photo d'archives

Guy Laliberté

► Touriste de l’espace, 2009

La navette Soyouz MS-11, de la mission Expédition 58, décolle de Baïkonour au Kazakhstan.
Photo d'archives

David Saint-Jacques

► Astronaute, 2018

La navette Soyouz MS-11, de la mission Expédition 58, décolle de Baïkonour au Kazakhstan.
Photo courtoisie, Alexandre Legault-Déry