/news/politics
Navigation

Alimentation: le PQ veut plus de légumes en serre pour faire baisser le coût du panier d’épicerie

<b>Pascal Bérubé</b><br />
Chef intérimaire du Parti québécois
Photo Agence QMI, Simon Clark Pascal Bérubé
Chef intérimaire du Parti québécois

Coup d'oeil sur cet article

La production de légumes en serre avec de l’énergie bon marché pourrait être une solution aux hausses successives du prix du panier d’épicerie, estime le Parti québécois.

« J’ai vu que les légumes allaient être touchés particulièrement. Des mesures qui favorisent la culture en serre avec des circuits courts, ce qui fait en sorte qu’il y a moins de frais de déplacement et de transport, ça pourrait être une avenue intéressante », estime le chef péquiste Pascal Bérubé.

« Production locale »

Les familles québécoises devront débourser 411 $ de plus par année pour le même panier d’épicerie, en 2019, en raison d’une augmentation anticipée de 3,5 % du prix des aliments, rapportait Le Journal.

La croissance prévue est donc passablement plus élevée que le taux d’inflation prévu de 2 %.

La hausse du prix des légumes, de 4 à 6 %, sera celle qui touchera davantage le budget des familles. Cette hausse annoncée s’explique par une sécheresse appréhendée, provoquée par le retour d’El Niño, étant donné que le Québec importe beaucoup d’aliments du Mexique et des États-Unis.

Pascal Bérubé aimerait « diminuer le coût » de la facture par « l’achat local et la production locale ».

Réduire le coût de l’énergie pour les serres « serait l’une des options », a-t-il avancé.

« Impacts terribles »

Pour sa part, la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé s’inquiète surtout pour les bénéficiaires de l’aide sociale.

« Ça fait longtemps qu’on le dit, ne serait-ce que d’augmenter les revenus des gens. Ça commence par le salaire minimum. Actuellement, on a un salaire minimum qui ne permet pas d’atteindre les seuils de base de pauvreté », a-t-elle affirmé.

Pour Mme Massé, « voir l’épicerie augmenter comme ça, ça va avoir des impacts terribles ».

« Alors, arrêtons d’appauvrir les gens, développons plus leur capacité, leur pouvoir d’achat, et je pense que le peuple va mieux s’en sortir », a conclu la solidaire.