/opinion/columnists
Navigation

L’islam et le voile

Coup d'oeil sur cet article

 Une question hante notre temps et aucune société n’y échappe : est-ce à l’islam de prendre le pli de l’Occident, ou à l’Occident de prendre le pli de l’islam ? 

 Religion 

 Ainsi posée, cette question semble brutale : nous sommes habitués à ne voir les religions qu’à travers l’angle de la spiritualité individuelle. Qu’une personne soit chrétienne, bouddhiste ou musulmane ne concerne pas la société. En un sens, c’est très juste. 

 Le problème, c’est qu’on aborde ainsi seulement une petite partie du problème. 

 Du point de vue de l’histoire universelle, l’islam est certainement une grande tradition spirituelle. Mais du point de vue occidental, c’est aussi une religion étrangère cherchant à imposer agressivement ses propres conditions dans les sociétés où il s’installe par une immigration massive imposée aux peuples. Trop souvent, il ne cherche pas à adapter sa pratique religieuse aux sociétés où il s’implante, mais plutôt à soumettre ces dernières à ses codes culturels. Paradoxalement, si on lui refuse ce privilège, il se victimise et dénonce l’islamophobie. 

 On ajoutera que les islamistes ont appris à formuler leurs revendications dans le langage des droits, et parviennent ainsi à nous paralyser mentalement. Ils retournent contre nous nos propres principes, pour imposer la présence d’un islam très ostentatoire au cœur de la cité. C’est ainsi que l’on comprendra mieux la question du voile, instrument politique privilégié de la visibilité islamique. 

 Laïcité 

 Cela ne veut pas dire que les musulmans n’ont pas droit aux mêmes droits que tout le monde. La discrimination religieuse est profondément illégitime. Cela veut simplement dire qu’on ne saurait réduire la question de l’islam à une pure affaire de droits individuels. L’islam doit s’occidentaliser culturellement s’il veut être accepté en Occident. 

 Notre société est en droit d’imposer politiquement ses propres repères en rappelant que notre culture n’est pas optionnelle chez nous. 

 C’est en partie à cela que servira la laïcité.