/24m/outings
Navigation

Michel Robidas en cinq temps

Michel Robidas en cinq temps

Coup d'oeil sur cet article

 

Les œuvres du designer de mode Michel Robidas sont exposées au Centre d’art Diane-Dufresne, à Repentigny, jusqu’au 17 février prochain.  

Le créateur nous raconte l’histoire derrière cinq réalisations qui ont marqué sa carrière. 

  

Le tailleur smoking de Diane Dufresne 

« C’est le tailleur qui a servis lors de la finale de l’émission de variétés Follement vôtre, animée par Diane Dufresne. Au lieu d’avoir créé un smoking classique, j’ai remplacé la chemise par un bustier décolleté jusqu’à la taille, agrémentée d’un nœud papillon. J’ai aussi conçu une jupe munie d’une traine, qui rappelait la queue-de-pie d’un chef d’orchestre. La grande finale, c’était la veste smoking, qui laissait entrevoir tout son dos au moment de quitter la scène. Ce que j’aime de cette pièce, c’est qu’elle est inspirée de la haute couture avec tous ses détails et finitions, mais qu’elle est adaptée pour la télévision ».  

  

La robe-théâtre de Diane Dufresne 

« La deuxième création est celle qu’a portée Diane Dufresne lors du spectacle Top Secret, présenté au Théâtre du Nouveau Monde en 1986. Quelque temps avant les représentations, j’étais en réunion avec toute l’équipe pour discuter des costumes et Diane m’a fait savoir qu’elle rêvait d’une robe qui rappelle le rideau. Je me suis empressé de noter « robe-théâtre » sur un bout de papier et ce n’est que quelques jours plus tard, lorsque je me suis relu, que j’ai eu l’idée folle de créer une robe immense en velours rouge dans laquelle on a intégré un théâtre miniature avec des marionnettes dans les jupons ».  

  

La robe kimono de Diane Dufresne  

« Toujours dans le même spectacle, j’ai eu l’idée de crée une robe composée de deux kimonos blancs, sur laquelle était peint un immense dragon rouge. Le peintre que j’avais engagé pour réaliser le dessin a taché le costume quelques jours avant la générale. Il était irrécupérable. J’ai demandé à l’atelier de m’en confectionner un autre et, la nuit précédant le spectacle, j’ai peins le dragon moi-même. C’était une opération délicate, car je n’avais pas de deuxième chance. Si j’ai choisi de parler de cette création, c’est qu’elle dénote ma force de caractère et ma capacité à rebondir lorsque je fais face à des défis ». 

  

L’ange pour le Cirque du Soleil 

« J’ai eu à créer un personnage angélique pour un spectacle qui était donné dans un centre d’achat de Dubaï. L’ange était déposé au sol et, au fur et à mesure que la musique jouait, il s’élevait pour se retrouver perché dans les airs. J’ai dû travailler avec un réalisateur pour donner cette impression à la fois aquatique et aérienne. C’était un beau défi. D’ailleurs, ce costume est le point central de mon exposition au Centre d'art ». 

  

La robe tridimensionnelle  

« Depuis peu, j’ai plus de temps à consacrer à mes créations. La dernière, je l’ai réalisée du début à la fin avec la seule intention de rallier toutes mes passions. J’ai eu l’idée de créer une robe tridimensionnelle sur laquelle on retrouve des peintures que j’ai réalisées, mais aussi de la corde, du métal et des morceaux de céramique. Le résultat a été, en quelque sorte une révélation, ça m’a ouvert de nouvelles possibilités. Je veux que mes prochaines créations soient à mi-chemin entre la sculpture, la peinture et la mode ».