/news/health
Navigation

Un test pour savoir si vous avez un cancer en seulement 10 minutes

Coup d'oeil sur cet article

BRISBANE, Australie | Une équipe de chercheurs australiens est parvenue à mettre au point un test révolutionnaire qui permet, à l'aide d'une simple prise de sang, de déterminer avec une grande efficacité en à peine une dizaine de minutes si un patient est atteint d’un cancer.

Développé à l'université Queensland de Brisbane, en Australie, le test ne nécessite qu'une simple prise de sang. Il permet de détecter environ 90 % des occurrences de cancer, de presque tous les genres. Par contre, le test ne permet pas d'indiquer de quel type de cancer souffre le patient ni son importance.

«Le grand avantage de cette méthode, c'est qu'elle ne coûte vraiment pas cher et qu'elle est très simple, alors elle peut être adoptée facilement par une clinique», a expliqué la chercheuse Laura Carrascosa au «Guardian».

Il pourrait donc être possible d'envisager que, dans le futur, une prise de sang visant à détecter un éventuel cancer devienne routinière dans les cliniques et chez les médecins de famille. Des tests plus poussés et traditionnels, comme des biopsies et examens d'imagerie, pourraient ensuite être pratiqués, en cas de résultat positif, a poursuivi Mme Carrascosa.

Pour parvenir à cette percée, les chercheurs ont découvert que la reprogrammation génétique qui caractérise les cellules cancéreuses laisse des biomarqueurs qui peuvent être détectés dans ce que les chercheurs ont appelé le «Methylscape».

Ces traces peuvent être détectées en déposant de l'ADN dans une solution aqueuse contenant des nanoparticules d'or. Si l'ADN de cellules cancéreuses se retrouve dans la mixture, elle s'agglomérera aux particules d'or, maintenant la couleur rose du liquide. Or, si de l'ADN sain est ajouté à la solution, celle-ci prendra plutôt une teinte bleutée.

Les tests des chercheurs ont été menés sur des souches de cancer du sein, de la prostate, des poumons et colorectal.

L'étude a été publiée en ligne mardi dans la publication spécialisée «Nature Communications».