/news/society
Navigation

Beauharnois hausse son compte de taxes de... 15%

Les citoyens s’en sont pris à leurs élus hier lors de la période de questions

La résidente Manon Castonguay n’a pas caché sa colère, hier,  face à cette hausse.
Photo Matthieu Payen La résidente Manon Castonguay n’a pas caché sa colère, hier, face à cette hausse.

Coup d'oeil sur cet article

Les citoyens de Beauharnois, en Montérégie, ont subi tout un choc hier soir lorsqu’ils ont appris que leur compte de taxes allait grimper de 15 % l’an prochain.

Plus de 200 personnes s’étaient entassées dans la salle du conseil de l’hôtel de ville pour assister à la présentation du budget 2019 de la municipalité de 13 000 âmes.

Après la présentation et l’adoption du budget, qui se sont déroulées dans le calme, la période des questions a été très houleuse lorsque le maire a annoncé une augmentation explosive des taxes de 15 %, soit près de 330 $ par maison. Du jamais-vu à Beauharnois.

« Aucun sens »

Les invectives ont alors fusé entre les citoyens et certains conseillers. Plusieurs appels au calme ont été nécessaires.

« Ce budget n’a aucun sens. Le maire et les conseillers sont là pour protéger les contribuables et ils ne font rien », s’est insurgée la citoyenne Manon Castonguay sous des applaudissements.

« La direction générale nous a d’abord présenté un budget avec une hausse de taxes de 25 %. Nous avons travaillé en o**ie pendant de longues heures pour la faire baisser », a répondu avec vigueur la conseillère Linda Toulouse.

« Mais personne ne va voir son salaire monter de 15 % ici cette année. C’est sûr que les gens n’ont pas 300 $ qui vont apparaître par magie, ils vont devoir couper dans leur propre budget alors que ce serait à vous de le faire », a surenchéri la citoyenne remontée.

Pas nouveau

L’an dernier, la Ville de Rigaud avait dû reculer face à une forte mobilisation citoyenne après avoir annoncé une hausse de taxes de plus de 10 %.

L’augmentation brutale à Beauharnois est d’autant plus difficile à avaler que la Ville avait baissé les taxes de 2014 à 2017 et les avait gelées l’an dernier.

L’ancien maire Claude Haineault avait même affirmé que la baisse de taxes pouvait se poursuivre jusqu’en 2020 en raison de la bonne santé des finances de la Ville.

Une affirmation que fustige aujourd’hui l’actuel maire, Bruno Tremblay.

« Nous n’avons plus les moyens de nos ambitions. [L’ancienne administration] a voulu nous faire croire que nous vivions dans un monde de licornes, mais c’est faux », a-t-il lancé, révélant qu’il s’était déjà opposé au gel de taxes l’an dernier.

La Ville de Beauharnois, qui a un budget de 25 millions $, a accumulé une dette de 80 M$, qui lui coûte chaque année environ 1,5 M$ en intérêts.

L’an dernier, la Ville avait prévu la vente pour 6 M$ de terrains pour équilibrer son budget, mais les objectifs n’ont pas été atteints.

« Si nous avions maintenu une hausse de 2 % des taxes chaque année depuis 2014, on n’en serait pas là », a ajouté le maire Tremblay. Ce dernier a annoncé hier que 17 postes à la Ville seront supprimés. Huit employés perdront d’ailleurs leur emploi dès le début de janvier.

Malgré tous ces efforts à la Ville a encore tablé sur une vente de 4 M$ de terrains en 2019. Si elle n’y parvient pas, il faudra de nouveau combler le trou, soit par les taxes, soit par la dette.

Pas à Longueuil

Les citoyens de Longueuil, eux, auront droit à un gel de leurs taxes municipales pour une seconde année consécutive, a décrété le conseil municipal en présentant un budget « de compromis » hier.

Malgré ce gel de taxes, le budget de la Ville grimpe de 14,7 millions $ pour atteindre 427 millions $.

Cet état de fait est rendu possible grâce à une hausse des revenus de 3,6 %, partagés entre des revenus accrus provenant du développement immobilier et des droits de mutations et permis de construction.