/news/society
Navigation

Démolition de la maison Boileau: le DG de Chambly forcé de s’expliquer

GEN-LA MAISON BOILEAU
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois, le directeur général de la Ville de Chambly, Michel Larose, a dû s'expliquer publiquement sur la démolition de la maison Boileau, au cours d'une séance particulièrement houleuse.

M. Larose a justifié cette décision en évoquant le danger que représentait la vétusté de la demeure.

«Les fonctionnaires ont une certaine prérogative, étant donné que ça pourrait mettre en péril la sécurité et la santé d’individus, que ce soit un citoyen ou un travailleur, a-t-il déclaré. [...] J’ai pris la décision de démolir la maison Boileau étant donné qu’elle était vétuste et qu’elle était dangereuse. Elle n’aurait pas pu passer le temps de l’hiver.»

Dans le but de calmer le jeu, le conseil municipal a demandé un avis juridique concernant les procédures suivies par le directeur général qui, en l'absence du maire Denis Lavoie – en congé de maladie –, a de sa propre initiative ordonné la démolition de la maison le 22 novembre dernier.

«Tous les experts en patrimoine et en structure de bâtiments anciens du Québec vous l’ont dit, et plusieurs sont entrés dedans: vous avez mal agi», a lancé une citoyenne.

Si les conseillers étaient partagés sur la décision de démolir ou non la maison Boileau, la plupart n'étaient pas au courant du moment de la démolition.

Reconstruction

Le conseil municipal a par ailleurs donné le feu vert au lancement d'un appel d'offres pour la réalisation de plans et devis en vue de la reconstruction de la maison Boileau.

Des avocats en droit municipal sont plutôt d'avis que la Ville a enfreint son propre règlement sur la démolition d'immeubles, puisqu'elle n'a pas obtenu de certificat d'autorisation pour démolir la maison Boileau.