/world/pacificasia
Navigation

Guerre commerciale: Pékin promet d’agir vite

Guerre commerciale: Pékin promet d’agir vite
AFP

Coup d'oeil sur cet article

PÉKIN | La Chine a promis mercredi des efforts pour parvenir rapidement à un accord commercial avec les États-Unis, alors que, côté américain, Donald Trump soufflait à nouveau le froid et inquiétait Wall Street.

Le ministère chinois du Commerce s’est inscrit en faux contre les analystes, notamment américains, ayant critiqué le flou de l’accord auquel sont parvenus samedi à Buenos Aires les présidents américain et chinois Donald Trump et Xi Jinping, sans chiffres ni calendrier.

«Les équipes économiques et commerciales des deux parties vont activement promouvoir la consultation dans les 90 jours, avec un calendrier et une feuille de route clairs», affirme le ministère dans un communiqué.

«La Chine va commencer la mise en oeuvre de points spécifiques sur lesquels un consensus a été obtenu. Le plus tôt sera le mieux», a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

Pékin n’avait jusque-là pas confirmé cette échéance des 90 jours annoncée par Washington, durant laquelle les deux pays doivent trouver une solution à leurs différends commerciaux. Le gouvernement chinois n’a cependant pas détaillé les mesures susceptibles d’être mises en oeuvre.

Selon la Maison-Blanche, la Chine se serait par exemple engagée à acheter un montant très significatif de produits américains, notamment agricoles.

Donald Trump a tweeté que les agriculteurs américains, durement frappés par les mesures de rétorsion de la Chine, bénéficieraient «rapidement et massivement» de l’accord conclu à l’issue du sommet du G20 en Argentine. Il s’est aussi prévalu d’une baisse des droits de douane chinois sur les automobiles «made in USA».

«La moitié du chemin»

Mais le chef de l’État américain, après avoir évoqué lundi le «grand bond en avant» dans les relations bilatérales, haussait le ton mardi soir: «Nous aurons soit un VRAI ACCORD avec la Chine ou pas d’accord du tout», a-t-il tweeté, répétant que le cas échéant, il imposerait les droits de douane laissés en suspens pendant les 90 jours de discussions.

«Je crois toujours que nous aurons un accord soit maintenant, soit à l’avenir, la Chine n’aime pas les droits de douane», a ajouté M. Trump qui a, par ailleurs, évoqué la possibilité de prolonger le délai de négociations.

«Nous espérons que les États-Unis accompliront la moitié du chemin», a rétorqué mercredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Geng Shuang lors d’un point presse régulier.

La Chine et les États-Unis «ne peuvent prospérer l’un sans l’autre et aucun ne peut changer l’autre», a-t-il ajouté.

Les investisseurs doutant de l’éventualité d’un accord, Wall Street a brutalement rechuté mardi. Les deux principaux indices de la place américaine, le Dow Jones et le Nasdaq, ont respectivement lâché 3,08% et 3,8%.

Les Bourses chinoises ont également reculé mercredi, plombées par Wall Street et les incertitudes quant à l’issue de ce conflit. À Hong Kong, l’indice composite Hang Seng a clôturé en baisse de 1,62% et à Shanghai, l’indice composite de référence a cédé 0,61%.

Doutes

«Nous doutons que le cessez-le-feu (...) marque un vrai tournant dans la guerre commerciale. Des questions particulièrement controversées, comme les droits de propriété intellectuelle, l’accès aux marchés, doivent toujours être traitées», a indiqué dans une note Capital Economics. «Nous ne serions pas surpris si aucun accord n’intervenait dans les 90 jours», ajoute le cabinet.

Au coeur de la colère américaine figure l’énorme déficit des États-Unis vis-à-vis de la Chine (quelque 335 milliards de dollars annuels, selon Washington), le non-respect de la propriété intellectuelle et les transferts supposés «forcés» de technologie imposés aux entreprises étrangères. Des griefs souvent partagés par les chefs d’entreprises européennes. 

Mardi, la Chine a annoncé des sanctions renforcées contre les auteurs d’atteintes à la propriété intellectuelle, par exemple un accès limité pour les contrevenants aux subventions et marchés publics. «Un pas spécifique pour renforcer la protection de la propriété industrielle et la répression des violations» en la matière, a souligné Geng. 

Mais, prévient l’agence Moody’s, «un accord étriqué et des concessions modestes ne combleront pas le large fossé dans leurs intérêts économiques, politiques et stratégiques respectifs».