/news/transports
Navigation

Les titres de transport en commun indexés en juillet: encore loin d’une tarification unifiée

Logo STM / 14 octobre 2010
Photo Archives Un sondage en ligne laisse croire que des changements importants dans le mode de tarification sont envisagés.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les titres de transport en commun de la grande région de Montréal seront indexés de 2 % en moyenne le 1er juillet 2019, mais on est encore loin d’une tarification unifiée pour tous les réseaux, a confirmé l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui vient de lancer un sondage à ce sujet. 

Les clients de la Société de transport de Montréal (STM), d’exo, de la Société de transport de Laval (STL) et du Réseau de transport de Longueuil (RTL) connaîtront donc cet été une augmentation équivalente à celle mise en place en juillet 2018, qui était aussi de 2 %. 

En parallèle, l’ARTM mènera en 2019 des consultations publiques en vue d’une grande refonte de la tarification des divers transporteurs sous sa juridiction, un chantier qui fait partie de sa mission depuis sa création en 2017. 

Changements importants 

Un sondage en ligne que vient de lancer l’organisme laisse croire que des changements importants dans le mode de tarification sont envisagés. 

Dans le questionnaire, le répondant doit par exemple indiquer dans quelle mesure il serait favorable à une tarification basée sur le type de ligne d’autobus utilisée (les lignes express coûteraient plus cher à utiliser), sur la période du jour (le transport en heure de pointe étant plus dispendieux) ou encore sur la fréquence de passage (un mode de transport qui passerait toutes les 5 minutes serait plus cher que celui qui passerait toutes les 30 minutes). 

Des mesures de fidélité pourraient aussi être mises en place, alors qu’on demande aux répondants ce qu’ils penseraient d’un système où les utilisateurs réguliers paieraient moins cher par déplacement que les utilisateurs occasionnels, et où un engagement de 12 mois d’abonnement (payable mensuellement) donnerait droit à des rabais. 

Des tarifications réduites sont envisagées non seulement pour les étudiants et les aînés, mais aussi pour les déplacements en famille, les personnes à faible revenu et celles avec des conditions particulières (par exemple en recherche d’emploi ou en situation d’invalidité). 

Payer sans carte OPUS 

Les modes de paiement pourraient aussi être étendus; le sondage demande aux répondants s’ils aimeraient pouvoir payer en présentant directement leur carte de crédit ou encore leur téléphone intelligent plutôt qu’une carte OPUS. On les questionne aussi sur l’intérêt qu’ils auraient à être facturés à la fin du mois sur les déplacements réellement effectués au cours de la période. 

Des tests sont déjà en cours au sein de la STM pour explorer cette dernière avenue, a d’ailleurs mentionné la semaine dernière le président du conseil d’administration Philippe Schnobb en marge d’un point de presse. 

L’ARTM précise qu’il est trop tôt pour cibler quels paramètres seront mis en place. La refonte tarifaire sera graduellement mise en place à partir de 2020, à temps pour l’entrée en service du Réseau express métropolitain (REM). 

Les personnes intéressées ont jusqu’au 21 décembre 2018 pour remplir le sondage.