/news/currentevents
Navigation

Neuf têtes de chevreuils jetées au recyclage

Le personnel était sous le choc après cette découverte

Coup d'oeil sur cet article

THETFORD MINES | Des employés d’un centre de tri de la région de Chaudière-Appalaches ont paniqué lundi en voyant neuf têtes de chevreuils morts défiler sur le convoyeur.

Depuis le début de la saison de la chasse, les employés du Centre de récupération Frontenac, à Thetford Mines, ont découvert à une dizaine de reprises des carcasses d’animaux morts parmi les matières à recycler. Or, c’est la première fois, lundi, qu’ils en voyaient neuf d’un coup.

« Ça m’a fait réellement un choc. Oui, on en a de temps en temps. [...] Neuf d’un coup, avec les carcasses, ç’a frappé. Les employés ont été shakés pas mal », commente Luc Bolduc, coordonnateur à la production.

De plus, quatre des neuf bêtes portaient une étiquette qui permettait de retracer qui les avait abattues.

La police municipale de Thetford Mines a ouvert une enquête à ce sujet et la Société protectrice des animaux est venue récupérer les têtes pour en disposer.

C’est assez

Le directeur général du centre de récupération, André Junior St-Cyr, a sonné l’alarme pour que ces macabres découvertes ne surviennent plus.

« On ne veut pas voir des affaires écœurantes de même », lance-t-il.

Par chance, avec la saison hivernale, les carcasses ne dégageaient pas d’odeur désagréable.

M. St-Cyr est convaincu que les neuf têtes de chevreuil proviennent du même conteneur.

« À la quantité qu’on a vue, ça me surprendrait que ça vienne d’un ou des chasseurs. [...] C’est probable que ça vient peut-être d’un boucher », affirme-t-il.

Normalement, les carcasses qui se retrouvent au centre de tri ne portent aucune étiquette et il est impossible de savoir d’où viennent les bêtes.

Dangereux

Recyc-Québec indique que de telles situations surviennent régulièrement dans les centres de tri.

« C’est malheureux. On ne sait pas si c’est une erreur ou un manque d’information à savoir où disposer de ces produits-là », communique l’adjoint média, Alexander Guerra.

Il recommande de transiger avec un service spécialisé qui incinérera ou enterrera les carcasses, sinon celles-ci peuvent se décomposer et devenir dangereuses pour la santé des humains.

Caroline Poulin, responsable des communications à la Ville de Thetford Mines, rappelle que l’entreprise Produits sanitaires Denis Fortier est l’endroit dédié pour se départir des restes d’animaux dans la région.

L’application « Ça va où ? » de Recyc-Québec informe aussi les gens des points de dépôts de plusieurs produits.