/world/europe
Navigation

Un Britannique détenu pour espionnage aux Émirats décrit une torture psychologique

Un Britannique détenu pour espionnage aux Émirats décrit une torture psychologique
AFP

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES | Un Britannique condamné à perpétuité aux Émirats arabes unis pour espionnage puis gracié après sept mois de détention a affirmé mercredi avoir été soumis à une «torture psychologique» et avoir vécu des crises de panique, dans des entretiens aux médias britanniques.

«Il n’y avait pas de lumière naturelle [...] et je n’étais pas autorisé à faire quoi que ce soit pour me distraire. Lorsque j’allais aux toilettes, ou lors des rares occasions où je pouvais prendre une douche, j’étais escorté par 4 gardes et menotté aux chevilles», a raconté à la BBC Matthew Hedges, 31 ans, doctorant à l’université de Durham (nord-est de l’Angleterre), qui a passé six mois en isolement.

Arrêté à l’aéroport de Dubaï le 5 mai, il avait été condamné à la perpétuité par le tribunal fédéral d’Abou Dhabi pour espionnage au profit d’un pays étranger avant d’être gracié puis libéré début novembre. Il faisait des recherches sur la politique étrangère et interne des Émirats en matière de sécurité après le Printemps arabe de 2011.

«Je n’ai jamais été torturé physiquement, mais c’était psychologique et c’était comme de la torture», a-t-il dit au quotidien The Times.

Après avoir été accusé d’être un agent des services de renseignements extérieurs britanniques du MI6, il a avoué sous la pression : «Je n’avais aucune idée de ce qu’ils voulaient dire lorsqu’ils m’ont demandé mon rang au sein du MI6 (...) j’ai paniqué et j’ai dit que j’étais capitaine, je leur ai dit ce qu’ils voulaient entendre, car j’espérais pouvoir passer à autre chose», a-t-il dit à la BBC.

Ses geôliers lui ont demandé de travailler pour eux en dérobant des documents officiels au ministère britannique des Affaires étrangères, raconte-t-il. «Ils sont devenus de plus en plus agressifs et c’est là que j’ai commencé à faire des crises de panique pendant plusieurs jours».

Il souhaite maintenant passer à autre chose: «Je vais essayer de me détendre et mon objectif pour la nouvelle année sera de prouver mon innocence», conclut-il.

Sa condamnation avait provoqué un choc en Grande-Bretagne, où le ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt avait affirmé qu’il n’y avait «absolument aucune preuve» contre lui.