/entertainment/music
Navigation

Des chansons à bannir des ondes?

Baby, It’s Cold Outside n’est pas la seule chanson sujette à controverse

Coup d'oeil sur cet article

Le vieux classique de Noël, Baby, It’s Cold Outside, a fait réagir cette semaine, après que plusieurs stations de radio eurent décidé de la bannir des ondes. La pièce de Frank Loesser, écrite en 1944, contient des paroles qui peuvent être considérées aujourd’hui comme du harcèlement. En cette ère de #MoiAussi, voici six autres pièces controversées qui ne risquent pas de jouer à la radio de sitôt.

CRIMINEL - Garou

Photo courtoisie, OSA images et TVA

Un parfum de controverse a accompagné la sortie de l’album Seul, en 2000. Sur la pièce Criminel, Garou, alors âgé de 28 ans, y chantait son attirance pour une « femme-enfant » de 14 ans. Les échos résonnant du Québec à la France, le parolier Luc Plamondon s’est défendu publiquement d’avoir écrit une chanson à caractère pédophile.

Extrait : « Mais méfiez-vous de la femme-enfant / Méfiez-vous de ses quatorze ans / À cause d’elle, on m’appelle criminel »

BLURRED LINES - Robin Thicke

Photo WENN

Difficile de répertorier toutes les controverses ayant éclaboussé la sortie de Blurred Lines. Au-delà des accusations de plagiat et la prestation aux MTV Video Music Awards ayant choqué des légions de téléspectateurs, plusieurs ont accusé la chanson de faire l’apologie du viol. Selon eux, le titre lui-même serait problématique, faisant allusion à la ligne, ici « blurred » (ou trouble), entre le consentement et le refus.

Extrait : « I know you want it / You’re a good girl » (« Je sais que tu le veux. Tu es une bonne fille »)

LEMON INCEST - Serge Gainsbourg

Photo AFP

À quoi pensait Gainsbourg lorsqu’il a écrit ce morceau controversé, au début des années 1980 ? Dans cette pièce, le chanteur fait des liens entre « zeste de citron » et « inceste de citron ». En duo, il chante avec sa fille Charlotte, alors âgée de 12 ans, des paroles qui font sourciller sur l’amour fusionnel d’un père pour sa fille. Le vidéoclip, où le père et sa fille sont ensemble sur un lit, est troublant.

Extrait : « L’amour que nous n’ f'rons jamais ensemble / Est le plus rare, le plus troublant, le plus pur, le plus émouvant »

UNDER MY THUMB - The Rolling Stones

Photo WENN

Dans les années 1960, les Rolling Stones ont écrit quelques chansons qui ne verraient probablement plus le jour aujourd’hui. Alors que Brown Sugar parle d’esclavagisme, Under My Thumb est un morceau qui a soulevé l’ire des féministes à sa sortie. Un homme raconte le pouvoir qu’il a sur une femme, la comparant même à un animal de compagnie.

Extrait : « Under my thumb / It's a Siamese cat of a girl / Under my thumb / She's the sweetest, hmmm, pet in the world » [Sous mon contrôle, elle est une fille comme un chat siamois, sous mon contrôle, elle est le plus bel animal de compagnie]

PLEIN DE TENDRESSE - Claude Dubois

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

L’une des chansons les plus connues du répertoire de Claude Dubois contient pourtant des paroles qui font réagir aujourd’hui. Dans ce morceau à la jolie mélodie, l’interprète chante l’histoire d’un garçon, alors âgé de 15 ans, qui tombe en amour avec une femme de près de 30 ans. Même si elle évoque une relation interdite d’un mineur avec une adulte, cette pièce est encore parfois jouée sur certaines radios.

Extrait : « J’étais amoureux / J’avais pas encore 16 ans [...] / Elle avait deux fois mon âge / Belle comme le printemps / Comme un fruit dont on n’se lasse / À peine 30 ans »

CŒUR DE LOUP - Philippe Lafontaine

Photo courtoisie, Site de Philippe Lafo

Cet immense succès des années 1980 semblait tout à fait anodin à l’époque. Ce n’est que dans les dernières années que certaines personnes ont remarqué le sens derrière les paroles. En chantant à quel point il veut séduire une femme, peu importe qu’elle le veuille ou non, Lafontaine a maintenant l’air du candidat qui serait rapidement dénoncé avec le mouvement #MoiAussi.

Extrait : « Pas le temps de mentir ni de quitter la scène / Yep ! Elle aura beau rougir, de toute façon, il faut qu’elle m’aime »