/24m
Navigation

Du rock en liberté

 Du rock en liberté
Photo courtoisie, Benjamin Seropian

Coup d'oeil sur cet article

Le rock, tel qu’on le connaît, a évolué. Quoique plus discret et moins flamboyant qu’avant, il aura réussi à convaincre deux jeunes formations d’ici à s’y consacrer corps et âme.

 Les groupes Babylones et Zen Bamboo uniront leur force, l’instant d’un spectacle, vendredi soir, dans le cadre de Révèle la relève. Ils sont invités à sauter sur la scène de la maison de la culture pour jouer ce qu’ils savent le mieux faire, du rock.    

 Si ces jours-ci la musique hip-hop gagne en popularité, le rock, quant à lui, n’a toujours pas retrouvé ses lettres de noblesse. Ça n’empêchera pas des passionnés de s’y adonner.   

 «En ce moment, c’est le hip-hop qui est cool. Le rock est au placard depuis dix ans, mais je m’en fous, lance Simon Larose, le guitariste de Zen Bamboo. Même si ça reste encore une contre-culture, c’est la musique que je me plais à faire».    

 Ce dernier jure qu’il ne réfléchit pas à ce que sa musique aura l’air et encore moins, à ce que l’avenir lui réserve. Il crée, un point c’est tout.   

 Les membres de Babylones aussi s’entendent pour dire qu’ils ne font pas de la musique pour suivre les tendances actuelles. Ils ont plutôt choisi d’écrire leur propre définition du rock, sans convention ni réels soucis de plaire à tout prix.   

 «Nous, on s’amuse à dire qu’on fait de la pop angoissante parce qu’on se fait souvent dire que nos chansons sont entraînantes», renchérit Charles Blondeau, membre de Babylones. «On s’entend que ce n’est pas de la pop qu’on fait, mais c’est une façon de rire avec le public».   

  

Zen Bamboo
Photo courtoisie, Zen Bamboo
Zen Bamboo

  

 Du rock en plateau double   

 Les deux formations émergentes de la scène francophone profiteront de leur passage à la Maison de la culture Maisonneuve pour présenter leur nouveau matériel. Les artistes promettent une soirée déjantée, où la libre expression s’entremêlera avec le bruit des guitares.   

 Babylones lancera, coup sur coup, les chansons tirées de leur premier album complet, paru cet automne, intitulé Le désordre pour le style. Zen Bamboo, pour sa part, livrera les morceaux des quatre volumes de sa série EP, en plus de nouvelles compositions encore jamais jouées sur scène.   

 «On va être aussi débordants d’enthousiasme que d’habitude, s’exclame Simon Larose. On aimerait que les gens dansent et pleurent en même temps».    

 «Tout le monde est bienvenu Le rock, c’est large, ça parle autant aux ados qu’aux baby-boomers», précise Charles Blondeau.