/world/usa
Navigation

La Maison-Blanche était prévenue de l’arrestation d’une dirigeante de Huawei

La Maison-Blanche était prévenue de l’arrestation d’une dirigeante de Huawei
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

La Maison-Blanche a indiqué jeudi qu’elle avait été prévenue de l’arrestation au Canada, à la demande de la justice américaine, d’une dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, le jour même où le président Donald Trump dînait avec son homologue Xi Jinping.

«Je le savais à l’avance. C’est quelque chose que nous tenons du ministère de la Justice», a confié à la radio NPR le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Bolton.

Il a en revanche précisé ne pas savoir si Donald Trump avait été averti personnellement de l’interpellation, samedi, à Vancouver, de Meng Wanzhou, directrice financière du numéro deux mondial des smartphones.

«Ce genre de choses arrive fréquemment. Nous n’en informons pas le président chaque fois», a assuré M. Bolton.

Donald Trump a rencontré samedi le président chinois Xi Jinping en marge du sommet du G20 en Argentine, afin de trouver une solution à leur conflit commercial, qui menace l’économie mondiale.

À l’issue de ce dîner de travail, Washington et Pékin ont décrété une trêve de 90 jours, le temps de mener des négociations.

Mais l’arrestation de la dirigeante de Huawei, dont la Chine a immédiatement demandé la libération, estimant qu’elle n’avait «violé aucune loi», risque de mettre à mal le rapprochement initié à Buenos Aires entre les deux pays.

John Bolton a refusé de s’exprimer sur les détails de cette arrestation, mais le conseiller de la Maison-Blanche a affirmé que Huawei était depuis longtemps, parmi d’autres sociétés chinoises, dans le collimateur des États-Unis.

«Nous nourrissons depuis des années d’énormes inquiétudes quant aux pratiques d’entreprises chinoises utilisant des propriétés intellectuelles américaines volées, imposant des transferts de technologie, et faisant office de bras armé du gouvernement chinois en matière notamment d’information technologique», a-t-il expliqué.

Des informations de presse affirment que Washington soupçonnerait Meng Wanzhou, fille du fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, de violation des sanctions américaines contre l’Iran.