/news/politics
Navigation

Erreur de calcul: le premier ministre Legault «très choqué» par les prix gonflés à la pompe

Une «injustice très grave», dit le Parti québécois, qui crie au scandale

Le premier ministre François Legault
Photo Simon Clark Le premier ministre François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre François Legault ne s’en cache pas: il a été «très choqué» d’apprendre, dans les pages du Journal, que les Québécois paient de 15 à 20 cents de trop par litre d’essence à la pompe en raison d’un calcul erroné effectué par la Régie de l’énergie.

«Oui. [Je suis] très choqué, puis le ministre de l’Énergie va s’assurer, avec la Régie de l’Énergie, qu’on modifie la méthode qui n’est pas acceptable», a réagi M. Legault devant la presse parlementaire, avant de se rendre à la période des questions, jeudi matin.

Tel que rapporté jeudi matin dans nos pages, la Régie de l’énergie se réfère au coût du baril de pétrole de type Brent pour fixer le prix sur lequel se basent les essenceries chaque jour.

Or, depuis trois ans, les principales raffineries du Québec s’approvisionnent principalement en pétrole provenant de l’Ouest canadien, qui est beaucoup moins dispendieux que le Brent provenant de l’Algérie et de la mer du Nord. Au final, les consommateurs québécois paient donc leur essence trop cher à la pompe.

Julien s’en remet au bon vouloir de la Régie

Même s’il s’avoue «très très très préoccupé» par ces informations, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, doit s’en remettre à la bonne volonté de la Régie de l’Énergie pour qu’un calcul «plus agile» et qui tient «compte de la valeur réelle des approvisionnements», soit effectué.

«On va laisser travailler la Régie de l’énergie [qui est] un organisme indépendant», a indiqué M. Julien, lors d’une mêlée de presse.

Le ministre de l'Énergie Jonatan Julien
Photo Simon Clark
Le ministre de l'Énergie Jonatan Julien

Considérant «l’écart important entre la valeur du pétrole de l’Ouest canadien et celui du Brent du Nord» que même la Régie reconnaît, «je m’attends à ce que rapidement, la formule [de fixation des prix] soit modifiée», a signalé le ministre.

Il n’a pas cependant pas voulu s’avancer sur de possibles sanctions imposées à la Régie ou sur la tenue d’une enquête indépendante pour faire la lumière sur le processus de fixation du prix.

«Scandaleux», dénonce le PQ

Pour sa part, le Parti québécois presse le gouvernement d’intervenir. «C’est scandaleux ce qu’on apprend aujourd’hui, du point de vue de la protection du consommateur, de justice fiscale», a déploré la députée péquiste Véronique Hivon.

Elle somme le gouvernement de «faire toute la lumière sur ce dossier» pour «redresser» la situation «très rapidement», puisqu’il s’agit d’une «injustice très grave», selon elle.

À son tour, le député libéral Gaétan Barrette s’est dit «étonné». «Des ajustements doivent être faits», a indiqué le député de La Pinière, en soulevant un questionnement sur les pouvoirs et l’indépendance de la Régie de l’énergie.