/news/currentevents
Navigation

L’ancien maire de Laval crie aux fake news

Le Journal a photographié Gilles Vaillancourt à sa sortie d’un restaurant

GEN - GILLES VAILLANCOURT
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

À peine a-t-il obtenu sa libération conditionnelle totale que l’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt affirme que des journalistes ont écrit des faussetés à son sujet.

Abordé hier à sa sortie d’un restaurant de Laval, le maire déchu a accusé Le Journal de propager des fake news à son sujet, sans vouloir émettre d’autres commentaires. 

M. Vaillancourt a obtenu jeudi sa libération conditionnelle totale qui entrera en vigueur lundi. 

Dans sa décision, la Commission des libérations conditionnelles du Canada a toutefois indiqué que M. Vaillancourt continue toujours de « minimiser » et de « banaliser » les gestes criminels qu’il a commis. 

« Vous changez constamment de sujet, esquivant les questions. Vous auriez tendance à vous montrer sous un jour favorable en exposant vos réussites et vos réalisations en tant que maire », peut-on lire dans la décision. 

Semi-liberté

Celui qui a dirigé Laval pendant près de 25 ans a été condamné en décembre 2015 à près de six ans d’emprisonnement. 

Il avait profité d’un système de collusion et de corruption dans l’adjudication des contrats publics à la Ville, de 1996 à 2010.

Il bénéficiait toutefois d’une semi-liberté­­­ depuis un an et résidait en maison de transition. Selon nos informations, l’homme se tient loin du regard du public, se limitant à quelques sorties dans les restaurants de son quartier, à Laval-des-Rapides.

Gilles Vaillancourt était accompagné hier de sa femme, Francine Dupuis. 

GEN - GILLES VAILLANCOURT
Photo Martin Alarie

« On en a eu assez de vous autres », a-t-elle scandé à quelques reprises.

S’il est maintenant libre de dormir chez lui, l’ex-maire doit encore respecter certaines conditions, dont l’interdiction de s’impliquer dans le milieu de la politique. 

Il ne peut non plus être responsable d’investissements ou de questions financières.