/lifestyle/columnists
Navigation

Le décompte vers Noël

Print
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Ça y est, je suis dedans. L’esprit des fêtes vient de prendre possession de ma tête, et j’adore ! Du début décembre jusqu’au jour de l’An, j’ai pas mal la mentalité d’un petit-cul de 5 ans. Comment c’est différent du reste de l’année ? C’est que dans le temps de Noël, t’as le droit. En fait, ça devrait même être la norme pour tout le monde.

Le sapin est décoré depuis dimanche dernier et son odeur magique envahit la maison depuis. Je sais pas si vous êtes comme moi, mais je me surprends chaque soir juste à le regarder et, automatiquement, j’ai le cœur qui se réchauffe. Si c’était juste de moi, il serait là à longueur d’année, mais pas sûr qu’il va être aussi beau en juillet.

Je trouve ça triste d’entendre des gens dire qu’ils ont perdu l’esprit de Noël, que c’est plus comme avant.

De mon côté, c’est probablement une des choses que je me suis toujours promis de garder en vie. J’adore cette innocence encore présente chez moi en cette période de l’année.

Je compte les jours avant que Ciné-Cadeau commence, et évidemment, je retourne m’asseoir sur les genoux du père Noël chaque année.

Pour les enfants

Soyons honnêtes, c’est la meilleure raison d’avoir des enfants.

Les miens m’ont demandé des cartes-cadeaux.

Il y a un côté de moi qui trouve ça génial, car je me dis moins de magasinage, mais en même temps, je le prends un peu personnel, j’ai comme l’impression qu’ils me disent : « On t’aime, papa, mais on n’a aucune confiance dans tes choix de cadeaux. »

Ou encore, c’est un signe très clair qu’ils sont trop gâtés et qu’il faut que j’apprenne à dire non le reste de l’année.

Magie

Tout ça pour dire que les prochaines semaines sont censées être magiques.

Pour moi, le temps des Fêtes est justement le moment où le temps ralentit, où plus tu t’approches du 25 décembre, plus tu devrais avoir un sourire sur le visage qui s’agrandit sans que tu t’en rendes compte.

En même temps, je trouve ça dommage de constater, chaque année, qu’il y a de moins en moins de maisons décorées. D’entendre les gens parler de Noël comme si c’était un fardeau, de planifier le 24 et le 25 comme si c’était un congrès des malheureux et des insatisfaits.

Je ne sais pas si c’est la lourdeur de notre société qui cause cette fatigue, qui affecte notre envie de célébrer. Peut-être que dans le temps, on décorait plus juste parce que le voisin le faisait aussi, mais quant à moi, on passe à côté d’une sacrée belle thérapie.

Noël, c’est le temps idéal pour mettre un baume sur tout ce qui nous fait chi?%$#@ dans la vie.

Lumière intérieure

Lorsque vous installez les décorations dans l’arbre, pourquoi ne pas le dédier à une chose qui vous énerve, qui vous empoisonne la vie ? Voyez ça comme une façon d’éteindre un feu en allumant une nouvelle lumière.

On a 11 mois par année où l’on est confronté à notre quotidien, on n’a pas à se sentir coupable d’en passer un à y faire un doigt d’honneur. Et si vous le faites pas pour vous, faites-le pour le ti-cul à l’intérieur de vous qui est beaucoup plus présent que vous le pensez.