/sports/hockey
Navigation

Gardiens de but: l’équipement au banc des accusés

Des gardiens déplorent que la Ligue nationale de hockey priorise le spectacle au détriment de leur sécurité

Coup d'oeil sur cet article

On vient tout juste de franchir le tiers de la saison. Et si la tendance se maintient, il ne se sera jamais autant marqué de buts dans la LNH depuis le retour du premier lock-out.

Il se marque jusqu’ici 6,07 buts par rencontre en 2018-2019. Il faut remonter à la campagne 2005-2006 pour voir les lumières rouges scintiller aussi fréquemment (6,05). Les bonzes de la LNH sont heureux. Il y a longtemps que les amateurs n’ont pas eu autant de plaisir dans leurs amphithéâtres.

Toutefois, ce retour aux pointages élevés ne se fait pas sans heurt. Les gardiens en prennent pour leur rhume. Ils sont inquiets. Pas tant en raison de leurs statistiques que de leur sécurité.

Il faut se rappeler qu’au cours de l’été, la LNH et l’Association des joueurs (AJLNH) ont adopté une réglementation visant à réduire les dimensions du plastron et des protège-bras. En fait, on souhaite que cette pièce d’équipement épouse davantage le corps et soit proportionnelle à la physionomie de chaque gardien.

Ainsi, la nouvelle réglementation stipule, entres autres, que les protecteurs de coude ont été réduits de sept à six pouces en façade. Les coussinets de biceps et d’avant-bras doivent avoir une forme plus élancée (allant de 5,5 pouces à 4 pouces). Les protections au niveau des clavicules ne peuvent excéder deux pouces au-dessus de l’épaule à l’extrémité extérieure, 1,5 pouce au milieu et 0,5 pouce à l’extrémité intérieure.

En début de saison, Kay Whitmore, vice-président des opérations hockey de la LNH et responsable des gardiens, a plaidé qu’on souhaitait voir les gardiens effectuer les arrêts en raison de leurs habiletés, et non de leur équipement.

Des bleus partout

Représentant sportif pour les gardiens de but chez CCM, Hugo Hamelin tient une pièce conçue pour les portiers.
Photo Chantal Poirier
Représentant sportif pour les gardiens de but chez CCM, Hugo Hamelin tient une pièce conçue pour les portiers.

Représentant sportif pour gardiens de but chez CCM, Hugo Hamelin s’occupe des portiers de 17 équipes de la LNH. Il communique quotidiennement avec eux et se déplace dans les différents arénas du circuit Bettman pour s’enquérir des problèmes qu’ils rencontrent et des modifications légales qu’il pourrait apporter à l’équipement.

Ce qu’il voit depuis le début de la campagne ne fait, à ses yeux, aucun sens.

« Pekka Rinne m’a envoyé des photos sur lesquelles on voit des bleus partout sur son corps. Des bleus qu’il n’avait pas habituellement. »

Carey Price et d’autres gardiens de la LNH commencent à craindre pour leur sécurité en raison des modifications apportées à leur équipement.
Photo d'archives, Ben Pelosse
Carey Price et d’autres gardiens de la LNH commencent à craindre pour leur sécurité en raison des modifications apportées à leur équipement.

Rencontré à ce propos plus tôt cette saison, Carey Price a raconté vivre le même problème.

« J’ai la même chose. J’en ai un paquet sur les bras et les épaules. Je pense que c’est généralisé partout dans la ligue. En ce moment, c’est notre réalité », a déclaré le gardien du Canadien.

« Je m’inquiète pour le futur, a-t-il soutenu. Ce n’est pas encore rendu au point où c’est dangereux pour notre santé, mais ce n’est plus aussi sécuritaire qu’auparavant. »

Pas au bout de leur peine

C’est la troisième fois que la LNH modifie l’équipement de ses hommes masqués dans l’espoir de stimuler l’attaque. La première fois, ce furent les jambières qu’on souhaitait moins hautes. Puis, vint le tour des culottes, qu’on a voulu ajuster davantage.

« Des gars se font maintenant battre en dessous des bras. Ils vont devoir trouver une façon de s’ajuster, comme lorsqu’on a rapetissé les jambières, a soutenu Hamelin, dont la carrière de quatre ans dans la LHJMQ l’a mené à Chicoutimi, Sherbrooke et Val-d’Or. À l’époque, Carey a perdu 2,5 pouces en hauteur de chaque côté. Ça fait cinq pouces, ça, quand tu fermes en papillon.

En revanche, il a gagné en vitesse », a-t-il pris soin de préciser.

Il se pourrait bien que les hommes masqués ne soient pas au bout de leur peine.

« On entend des rumeurs selon lesquelles la ligue veut réduire la dimension de la protection qui recouvre notre poignet du côté de la mitaine. Il faudrait s’assurer de ne pas tourner les coins ronds sur la sécurité », a déclaré Henrik Lundqvist, lors du dernier passage des Rangers au Centre Bell.

Les tirs plus puissants que jamais

Pendant ce temps, les joueurs peuvent compter sur une technologie qui les avantage année après année. En plus de peser une plume, les bâtons en composite ont l’effet d’une fronde sur la rondelle. Tant et si bien que jamais les tirs n’ont été aussi puissants.

« Quand je suis arrivé dans le circuit, il n’y avait qu’une poignée de joueurs qui pouvaient décocher des boulets de canon. De nos jours, tout le monde possède un bon tir », a maintenu Price.

« Même moi, j’ai un excellent tir avec mon bâton en composite. J’ai un flex 75 », a-t-il ajouté.

Pourtant, que ce soit pour les joueurs ou les gardiens, chaque modification à une réglementation doit être approuvée par l’AJLNH.

« Le problème, c’est que l’AJLNH représente 21 joueurs par équipe... et deux gardiens. Le poids de la balance est facile à faire pencher, a fait remarquer Hamelin. Ils sont 21 à penser qu’ils vont marquer plus de buts... contre deux. »

Peut-être les gardiens devraient-ils fonder leur propre association...

 


Buts par match depuis le retour du lock-out de 2004-2005

  • 2005-2006: 6,05
  • 2006-2007: 5,76
  • 2007-2008: 5,44
  • 2008-2009: 5,70
  • 2009-2010: 5,53
  • 2010-2011: 5,46
  • 2011-2012: 5,32
  • 2012-2013: 5,31
  • 2013-2014: 5,34
  • 2014-2015: 5,32
  • 2015-2016: 5,34
  • 2016-2017: 5,45
  • 2017-2018: 5,86
  • 2018-2019: 6,07

Source : www.sportingcharts.com

 

Des cris du cœur

Approchés par le représentant du Journal de Montréal, différents gardiens de la Ligue nationale de hockey ne se sont pas gênés pour décrier la nouvelle réglementation concernant l’ajustement des plastrons et des protège-bras.

Photo d'archives, AFP

« Il y a des tonnes de problèmes avec le nouvel équipement. J’espère que la ligue en a fini avec toutes ses transformations. Quelqu’un va finir par se faire blesser. D’ailleurs, c’est déjà commencé. » – Mike Smith, Flames de Calgary


Photo d'archives, Martin Chevalier

« La ligue doit comprendre que c’est un sport totalement différent. C’est rendu que les tirs des poignets sont aussi rapides que les lancers frappés d’autrefois. Nous sommes rendus au point où on a atteint la limite. C’est assez ! » – Henrik Lundqvist, Rangers de New York


Photo d'archives, AFP

« Ça s’est réglé, mais au début de l’année, ça faisait mal. Surtout au niveau des avant-bras. Quand tu reçois un tir à cet endroit, on dirait que ton bras meurt pendant quelques secondes. » – Marc-André Fleury, Golden Knights de Vegas


Photo d'archives, AFP

« Il y a constamment des plaintes. Et ça ne vient pas que d’un ou deux gardiens. Pour ma part, j’ai remarqué que plusieurs rondelles passaient entre mon bras et mon corps. Mais je sais que c’est ce qu’ils (les dirigeants de la ligue) veulent. » – Cam Talbot, Oilers d’Edmonton


Photo d'archives, Martin Chevalier

« Ça ne serait pas une mauvaise idée d’avoir un représentant des gardiens au sein de l’Association des joueurs de la LNH. On pourrait faire valoir nos droits. » – Antti Niemi, Canadien de Montréal

 

Une armure réduite

Après les jambières, en 2012, et les culottes, au milieu de la saison 2016-2017, la LNH s’est attaquée au plastron et aux protège-bras des gardiens avant le début de la présente campagne. Autrefois, très peu réglementées, ces deux pièces d’équipement ont vécu une solide cure d’amaigrissement au cours de la saison morte.

Alors que plusieurs gardiens se plaignent, la LNH plaide vouloir voir les gardiens effectuer les arrêts grâce à leurs habiletés et non en raison de leur équipement. En fait, on souhaite que l’équipement épouse davantage le corps du gardien.

« Quand vous achetez un complet, tout le monde porte une grandeur différente. C’est notre défi. On veut ajouter différentes grandeurs pour répondre aux différentes tailles », a illustré Kay

Whitmore, vice-président des opérations hockey de la LNH et responsable des gardiens, dans une entrevue accordée à CBC, il y a deux mois.

D’ailleurs, le plastron doit être porté de façon à demeurer en place lorsque le gardien se place en position papillon.

En plus des nombreuses normes à respecter, aucune retouche ni aucun ajout de protection, de sangle, de lacet ne peuvent être faits une fois que la pièce d’équipement a été inspectée et approuvée par la division des opérations hockey de la LNH.

À la suggestion de son client, l’équipementier peut apporter des modifications. Celles-ci doivent d’abord être approuvées par cette même division.

 

Les jambières rouges populaires

Les jambières rouges de Carey Price font fureur auprès des jeunes gardiens au hockey mineur.
Photo d'archives, Agence QMI
Les jambières rouges de Carey Price font fureur auprès des jeunes gardiens au hockey mineur.

Équipement rouge ou équipement blanc ? C’est au gré de son humeur beaucoup plus qu’en lien avec ses performances que Carey Price fait son choix avant chaque rencontre.

Pourtant, au départ, l’équipement rouge ne devait être porté que lors des entraînements.

« On a accepté de lui faire un équipement rouge spécifiquement pour les pratiques, pour que les joueurs puissent voir le filet. En même temps, ça le forçait à travailler la rapidité de ses réflexes et de ses déplacements », a expliqué Hugo Hamelin, représentant sportif pour gardiens de but chez CCM.

Le plan a été respecté pendant un mois. À ses neuf premiers matchs de la saison, Price s’est présenté devant le filet avec son équipement blanc.

Puis, « pour changer un peu la saveur », il a décidé de porter ses grosses jambières rouges lors de la visite du Lightning de Tampa Bay, le 3 novembre. En incluant cette rencontre, sept fois en huit occasions le gardien du Canadien a opté pour le rouge.

Avec le blanc, svp

Bien des gens n’en ont rien à cirer de la couleur des jambières de Price. Avec raison. « Pourvu qu’il fasse les arrêts », clament-ils. Sauf que chez CCM, ce changement de cap imprévu a causé quelques ennuis.

« Les jeunes veulent le même équipement que Price. Donc là, évidemment, ils veulent tous un équipement rouge, a lancé Hamelin. Le problème, c’est que tous les magasins avaient commandé l’équipement blanc, parce que c’est celui qu’il devait porter durant les matchs.

Il est super beau le stock rouge. Mais on préférerait qu’il garde les buts avec le blanc », a-t-il ajouté dans un éclat de rire.

CCM semble avoir été exaucé puisque Price est revenu au blanc lors des cinq dernières rencontres.

L’exemple de Fleury

Dire qu’il n’y a pas si longtemps les gardiens exigeaient des jambières d’un blanc pratiquement immaculé sous prétexte que l’illusion d’optique rendait le filet moins visible pour les attaquants adverses.

« On avait de la misère à leur faire accepter une ligne rouge sur le devant de la jambière. Et voilà maintenant qu’ils veulent des jambières de couleur », a raconté Hamelin, lui-même un ancien gardien de la LHJMQ, en citant les Corey Crawford, Jimmy Howard et Marc-André Fleury.

En 2008, Fleury avait pourtant délaissé ses jambières jaunes sur les conseils d’une optométriste.

« Elle m’avait dit que le jaune, ça sautait aux yeux de tout le monde, comme les taxis et les autobus scolaires. Et qu’à cause de ça, les joueurs n’avaient pas besoin de regarder longtemps pour voir où j’étais devant le filet », a rappelé le gardien des Golden Knights, joint par Le Journal de Montréal.

Une légende urbaine

Tout ça est déjà très loin puisque le Sorelois s’est présenté devant le filet des Knights avec un équipement doré à quelques occasions cette saison.

« Ç’a très bien été. J’ai même réalisé un blanchissage », a-t-il souligné.

Aurions-nous donc eu droit à une sorte de légende urbaine pendant toutes ces années ?

« Je ne sais pas si c’est vrai ou pas. Il faudrait demander aux joueurs, a indiqué Price lorsque questionné à ce sujet. Tout ce que je sais, c’est que peu importe les jambières que je porte, j’ai la même grosseur devant le filet. »

Un coup d’œil aux statistiques confirme son impression. En 15 matchs avec l’équipement blanc, Price a accordé 39 buts sur 390 tirs pour un taux d’efficacité de ,900. En sept rencontres, vêtu de ses jambières rouges, il a cédé 26 fois sur 248 tirs, ce qui lui donne un taux d’efficacité de ,895. Ce qui n’est, en réalité, qu’une différence d’un but.

 

Savoir s’ajuster

Il semble que ce ne soit pas tous les gardiens qui sont affectés par la panoplie de modifications apportées à leur équipement au fil des dernières années. Antti Niemi n’y a vu que très peu de différences.

« Aucun de ces changements ne m’a vraiment dérangé. En ce qui concerne la dimension des jambières, j’avoue que j’étais un peu plus inquiet au départ. Je pensais que ça m’affecterait. Finalement, ça n’a pas été le cas », a souligné le Finlandais.

Il faut dire que le gardien de 35 ans n’a jamais eu l’air d’un mastodonte devant son filet. Contrairement à certains de ses confrères qui semblaient faits d’un seul bloc il n’y a pas si longtemps, Niemi a une silhouette même avec son équipement sur le dos.

« Ça affecte peut-être un peu plus les gardiens qui étaient à la limite de la légalité avec des équipements plus gros, a lancé Niemi en guise d’hypothèse. Ça n’a jamais été le cas pour moi. Je pense même qu’il y a trois ans, mes protecteurs pour les bras étaient plus minces qu’ils ne le sont maintenant. »

Il ajoute que ces mêmes gardiens devraient peut-être modifier leur façon de penser lorsqu’ils se trouvent devant leur filet.

« Si tu te concentres à arrêter la rondelle au lieu de te laisser frapper par elle, tu ne devrais pas avoir de problème. »

Une question d’habitude

Joint au lendemain d’un match à Vancouver, Marc-André Fleury a abondé dans le même sens. Selon lui, tout est une question d’habitude.

« De tous les changements, c’est celui impliquant le plastron qui a été le plus inquiétant pour la sécurité des gardiens, a indiqué le gardien des Golden Knights. Mais avant, certains gardiens étaient vraiment très gros. C’est une bonne chose d’avoir instauré ces règlements pour que tout le monde soit pareil. »

Le Sorelois s’est si bien ajusté à son nouvel équipementqu’il a remporté neuf matchs, dont quatre par jeux blancs, en novembre. Il a accordé trois buts ou moins dans 10 de ses 13 départs. Une tenue qui lui a valu la troisième étoile du mois dans la LNH.

« Je me fais encore marquer des buts où je me dis que j’aurais fait l’arrêt l’an dernier, mais c’est moins pire qu’au début de la saison, a-t-il mentionné. Au départ, je voyais nettement une différence. Maintenant, j’essaie de coller davantage mes coudes sur mon corps pour ne pas que la rondelle passe. »