/24m/city
Navigation

Des coyotes rapportés partout à Montréal, 19 attaques

La mairesse de l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville et porte-parole du dossier coyote Émilie Thuillier a présenté, le lundi 10 décembre 2018, au Jardin botanique, le plan de gestion de la présence du coyote en milieu urbain de la Ville de Montréal.
SARAH DAOUST-BRAUN/24 HEURES/AGENCE QMI La mairesse de l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville et porte-parole du dossier coyote Émilie Thuillier a présenté, le lundi 10 décembre 2018, au Jardin botanique, le plan de gestion de la présence du coyote en milieu urbain de la Ville de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Des observations de coyotes ont été rapportées dans tous les arrondissements de Montréal depuis un an et demi, tandis qu'une vingtaine d'attaques attribuées à ces bêtes ont été répertoriées pendant cette période.

Depuis juin 2017, 19 personnes ont été mordues par des coyotes, a confirmé le biologiste pour la Ville de Montréal Frédéric Bussière.

«C’est toujours des blessures très superficielles. Une personne peut avoir voulu protéger son animal domestique et, en voulant le faire, par accident, le coyote va avoir mordu ou griffé la personne», a-t-il précisé.

Il a assuré qu’il ne s’agissait pas d’un phénomène grandissant et qu’aucun incident n’a été déclaré depuis le mois de juillet, alors que des coyotes avaient attaqué trois enfants en une semaine dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Montréal a dévoilé lundi son plan sur la gestion des coyotes. La métropole ne dispose pas de données sur la taille de la population sur l’île, mais des bêtes ont été répertoriées dans tous les arrondissements et dans certaines villes liées entre juin 2017 et novembre 2018. Selon la Ville, ces animaux sont présents sur l’île depuis au moins 1973.

Le plan des coyotes prévoit aussi des projets de marquage de coyotes et de suivi par GPS.

Captures

Montréal veut favoriser la coexistence avec les coyotes, mais des individus agressifs sont capturés quand les campagnes d’effarouchement ne fonctionnent pas. Ces animaux doivent être euthanasiés, a expliqué la Ville, parce que la relocalisation est «généralement inefficace» et les chances de survie sont peu élevées.

Un seul coyote a été euthanasié lors d’une campagne de capture en mai.

Silvana Salvatore, dont le chien a été attaqué par un coyote au printemps dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, ne croit pas que l’euthanasie règlera le problème puisqu’il y aura toujours des coyotes agressifs.

«Il faut remettre les animaux d’où ils viennent dans leur milieu naturel. La forêt, c’est leur maison», a-t-elle soutenu. Si cela n’est pas fait, elle estime que le nombre de morsures augmentera dans les prochaines années.

Elle appuie la volonté de la Ville de miser sur les campagnes de sensibilisation et de renforcer l’application de ses règlements, comme l’interdiction de nourrir des animaux sauvages.

L’opposition a de son côté critiqué le plan, estimant que ce sont les mêmes stratégies «inefficaces» qui sont utilisées depuis un an. «Il est temps de jeter un regard nouveau sur le problème des coyotes. Les brigades d’effarouchement, ça ne fonctionne pas. La cohabitation, c’est bien beau, mais elle ne doit pas se faire au détriment de la sécurité des citoyens», a commenté par communiqué le chef d’Ensemble Montréal Lionel Perez.

L’organisme Coyote Watch Canada soutient que le plan de Montréal est un point de départ, mais qu’il faut la collaboration de toute la communauté pour réussir la coexistence.

«Des activités humaines comme le nourrissage direct et indirect, les chiens laissés sans surveillance et le manque d’application des règlements peuvent être des précurseurs qui augmentent les rencontres et les conflits entre les résidents, les animaux domestiques et la faune», a indiqué la directrice générale Lesley Sampson.

Des conseils pour cohabiter avec les coyotes:

  • Ne pas les approcher et les nourrir.
  • Ne pas nourrir les animaux domestiques à l’extérieur et garder les ordures sans accès pour la faune.
  • Garder les chiens en laisse dans les parcs et circuler sur les sentiers aménagés.
  • Gardez les chats à l’intérieur, surtout la nuit.
  • Habituer les enfants à ne jamais aller près des animaux sauvages.

Si on croise un coyote:

  • Garder son calme, et lui laisser l’espace pour s’enfuir.
  • Se donner un air imposant en levant ses bras s’il ne part pas ou qu'il a une réaction agressive.
  • Faire du bruit ou crier pour lui faire peur.
  • Lancer des objets dans sa direction, mais sans le viser directement afin de ne pas le rendre plus agressif.
  • S’éloigner en reculant lentement et en gardant un contact visuel avec lui. Éviter de lui tourner le dos et ne pas courir.
  • Composer le 911 en cas d’urgence.

Source : Ville de Montréal – Cohabiter avec le coyote à Montréal