/news/green
Navigation

Protection de la baleine noire: le maire de Gaspé en a assez de la limitation de vitesse

Daniel Côté
Photo d'archives, MARIE-CLAUDE COSTISELLA/LE PHARILLON/AGENCE QMI Daniel Côté

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Gaspé presse le gouvernement fédéral d’investir dans les technologies pour la surveillance en temps réel de la baleine noire.

Il estime que des mesures de surveillance comme les drones et les appareils de détection acoustique sont préférables à la limitation de la vitesse des navires qui a nui encore cette année à l’industrie des croisières en Gaspésie.


Près d’une dizaine d’escales internationales ont été annulées à Gaspé en raison de la limitation de vitesse des navires dans le golfe du Saint-Laurent pour la protection des baleines noires cette année, représentant ainsi 15 000 passagers de moins qui ont fait escale dans la ville. L’an dernier, une quinzaine de bateaux de croisières avec à leur bord plus de 24 300 passagers ont annulé leur passage dans la ville.


En deux ans, l’impact économique de l’annulation d’escales à Gaspé dépasse les 3,5 millions de dollars en retombées dans une période plus creuse au niveau touristique, l’automne.


«Tout le monde en ressent des répercussions. Cette année, on a quand même eu 48 escales qui ont abouti dans la baie de Gaspé et de Percé, mais la dizaine d’escales qui a été annulée, on parle de gros bateaux avec beaucoup de passagers. Cet automne, c’est près de 2 millions de dollars en retombées économiques qui ne vont pas chez nos commerçants [...] C’est quand même assez important comme pertes économiques», souligne Daniel Côté, maire de Gaspé.


«On est pour les mesures de protection de la baleine noire. On veut la protéger. Cependant, ce que l’on veut, c’est que la protection se fasse en respect des autres aspects économiques que ce soit les croisières internationales, mais aussi l’industrie des pêches», précise-t-il.


Le maire déplore l’incertitude


«Si on veut planifier à long terme, faut que l’investissement soit fait dans les technologies et que ça se fasse rapidement. Là, on n’est plus au stade de faire des comités consultatifs et de discuter. On connaît la problématique [...]», explique M. Côté.


Des demandes de compensation pour l’industrie des croisières ont été déposées auprès des autorités fédérales. La Ville et Escale Gaspésie n’ont eu aucune nouvelle de leur demande.


Le gouvernement fédéral a souligné en novembre qu’aucun décès de baleines noires de l’Atlantique Nord n’a été enregistré dans les eaux canadiennes cette année. Trois amendes ont été imposées à des navires de 20 mètres et plus qui n’avaient pas respecté la vitesse maximale de 10 nœuds dans l’ouest du golfe du Saint-Laurent du 28 avril au 15 novembre dernier.


En 2017, 18 baleines noires de l’Atlantique-Nord sont décédées. Des mesures avaient alors été mises en place par Pêches et Océans Canada pour réduire les risques d’empêtrement dans du matériel de pêche et de collision avec des navires.