/entertainment/stage
Navigation

Fini les fausses cigarettes

Le théâtre Premier Acte recevra une amende de 500 $

Marc Gourdeau
Photo Didier Debusschère Marc Gourdeau

Coup d'oeil sur cet article

Il ne se fumera plus de fausses cigarettes sur la scène de Premier Acte d’ici la fin de la saison. Le constat d’infraction que le théâtre de la rue Salaberry s’attend à recevoir au cours des prochains jours a amené cette situation.

Le directeur général et artistique Marc Gourdeau a contacté les compagnies théâtrales des six pièces qui seront à l’affiche d’ici la fin de la saison, pour s’assurer qu’il ne se fumera pas de vraies ou de fausses cigarettes dans leurs spectacles.

« On n’a pas envie d’une récidive avec une amende qui pourrait doubler ou tripler », a-t-il laissé tomber.

Premier Acte s’attend à recevoir un constat d’infraction de 500 $, à la suite d’une infraction commise lors d’une représentation de la pièce Conversation avec mon pénis, où une cigarette de sauge, sans nicotine, était fumée.

La Loi concernant la lutte contre le tabagisme stipule qu’il est interdit de fumer la cigarette, une vapoteuse ou tout autre dispositif de cette nature et que l’on porte à la bouche, pour inhaler toute substance contenant ou non du tabac ou de la nicotine, dans un lieu public.

Un agent du ministère de la Santé et des Services sociaux a contacté Premier Acte pour les aviser qu’un constat d’infraction serait délivré.

Un message diffusé avant le début de la pièce précisait qu’une cigarette de théâtre était pour être fumée durant la pièce.

« J’ai appris que ce genre de message n’empêche pas, lorsqu’une plainte est formulée, l’émission d’un constat d’infraction », a précisé Marc Gourdeau.

Pas de contestation

Premier Acte n’a pas l’intention, pour le moment, de faire comme Le Trident et de contester l’amende qui sera délivrée. Le Trident est toujours en attente d’une date pour la contestation à la suite d’un incident semblable survenu en novembre 2017, lors de la pièce Le cas Joé Ferguson.

Le directeur général et artistique de Premier Acte souhaite que ce deuxième incident amène le milieu théâtral à entamer une action collective afin de proposer un amendement de cette Loi.