/opinion/columnists
Navigation

Québec solidaire a peur de ses militants?

Québec solidaire a peur de ses militants?
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, les membres de Québec­­­ solidaire ont décidé d’expulser les journalistes hors de la salle où se tenait leur congrès général afin de pouvoir discuter de laïcité « entre eux ».

Que les membres d’un parti ne veuillent pas discuter de financement, de recrutement ou de stratégie devant des journalistes est une chose.

C’est normal.

Mais expulser les journalistes d’un débat portant sur un sujet chaud de l’actualité ?

Drôle de conception de la transparence et de la démocratie­­­...

LA TRANSPARENCE POUR LES AUTRES

Je suis peut-être vieux jeu, mais il me semble que lorsque tu donnes des leçons de transparence à tout le monde, tu dois prêcher par l’exemple.

Tu dois montrer la voie à suivre. Te comporter de façon irréprochable.

Or, pour les membres de QS, il semble que la « transparence » soit un concept à deux vitesses.

Les autres doivent être transparents.

Mais pas eux.

Ça me fait penser à la ministre de la Condition féminine Monique Gagnon-Tremblay, qui avait fait adopter une loi controversée sur le patrimoine familial en 1989. Pour, ensuite, se soustraire à sa propre loi.

Ma loi est super bonne pour les autres... Mais pas pour moi. Moi je sais comment gérer mes affaires et je n’ai pas besoin de l’aide du gouvernement­­­.

Ben coudonc.

Le plus drôle, ce sont les arguments avancés par Gabriel Nadeau-Dubois, hier, pour expliquer cette décision d’expulser les journalistes.

En gros, il disait que les membres de QS voulaient avoir le droit de discuter librement de ce sujet sans craindre d’être ridiculisés dans les médias si jamais quelqu’un disait une niaiserie.

PEUR DES PINEAULT-CARON

En d’autres mots, les membres de QS avaient peur qu’un émule des Pineault­­­-Caron prenne la parole devant les journalistes.

Vous vous rappelez les Pineault-Caron­­­ qui avaient raconté leur voyage au Maroc à la Commission des institutions ?

« On est rentré à la mosquée et ils nous ont dit qu’il fallait enlever nos chaussures ! Comment ça, enlever nos chaussures ? Un moment donné, j’ai dit qu’est-ce qui se passe ? Y avait des hommes à quatre pattes à terre !

« Voyons, qu’est-ce qu’ils font là ? La guide a dit : “Ils prient”. Voyons, prier à quatre pattes à terre sur des petits tapis ! C’est quoi, cette affaire-là ? »

Cette sortie surréaliste avait bien fait rire la gogauche.

« Regardez, c’est ça, les gens qui sont pour la charte des valeurs ! Ce sont des ignorants, des épais ! »

Mais, oups ! quand c’est au tour des membres de QS de discuter de laïcité, soudainement, on ne veut pas de caméra !

Car on a peur d’avoir l’air stupide !

Des citoyens ordinaires qui disent des niaiseries, pas de problème, amenez­­­-en !

Mais pas des membres de QS, oh que non !

Nous, on se protège !

On est intelligents, on est smattes, on ne veut pas montrer que certains de nos membres sont des concombres finis !

On ne veut pas se faire ridiculiser par les caricaturistes !

UN GROS BLOC

« On ne veut pas donner l’impression que nous sommes divisés », ont dit les bonzes de QS.

C’est connu, on n’aime pas la dissidence, chez les communistes.