/entertainment/tv
Navigation

Il faut 200 000$ pour être dragon

Les entrepreneurs doivent en faire la preuve par contrat

Il faut 200 000$ pour être dragon
Photo d'archives, JEAN-CLAUDE TREMBLAY

Coup d'oeil sur cet article

Les entrepreneurs qui souhaitent s’asseoir sur un siège de l’émission Dans l’œil du dragon doivent fournir la preuve qu’ils ont un portefeuille d’au moins 200 000 $ pour faire des offres aux candidats.

L’ex-dragon François Lambert insinuait il y a deux semaines, lors de son passage au balado Devine qui vient souper? de QUB radio, qu’il y aurait des « méchants pauvres » au sein des dragons. « On n’est pas obligé de montrer nos états financiers », affirmait-il.

Le coproducteur de l’émission, Benoît Léger, a réfuté mardi ces allégations. Oui, les dragons doivent posséder une certaine fortune, a-t-il précisé lors d’une conférence téléphonique qui levait le voile sur les détails de la 8e saison.

« Il y a de toute évidence des vérifications qui sont faites, a-t-il dit. [...] Un des points les plus importants, c’est qu’il est nécessaire d’avoir un portefeuille disponible de l’ordre de 200 000 $ pour participer à une saison. C’est un point précis du contrat d’engagement signé par les dragons et la production. »

Trois nouveaux dragons

Marie-Josée Richer
Photo courtoisie
Marie-Josée Richer

Les nouveaux dragons de la prochaine saison, qui sera diffusée en avril 2019 à Radio-Canada, « sont tous à la tête d’entreprises multimillionnaires », a également indiqué Benoît Léger.

Isabèle Chevalier
Photo courtoisie
Isabèle Chevalier

D’ailleurs, l’émission a pratiquement fait table rase de ses dragons. On savait déjà que Martin-Luc Archambault ne revenait pas. Les femmes d’affaires Christiane Germain et Caroline Néron « souhaitaient se retirer et retourner à leurs affaires », nous a-t-on dit.

Nicolas Duvernois
Photo courtoisie
Nicolas Duvernois

Les candidats tenteront donc de convaincre une nouvelle génération d’entrepreneurs, âgés de 38 à 42 ans, d’investir dans leur entreprise. Il s’agit de Nicolas Duvernois, président et fondateur de Pur Vodka, d’Isabèle Chevalier, présidente de Bio-K+ International, et de Marie-Josée Richer, cofondatrice de PRANA, une entreprise qui œuvre dans l’alimentation biologique.

Dominique Brown
Photo courtoisie, Frédéric Bergeron
Dominique Brown

Le président de Chocolats Favoris, Dominique Brown, sera de retour.

Force entrepreneuriale

« Nos dragons incarnent cette année toute la force du Québec inc. [...] Ils se distinguent par le fait qu’ils ont tous des préoccupations au niveau environnemental et social. Même que pour certaines de ces entreprises, il y a un partage des profits au sein des employés », a souligné le producteur.

Comme l’an dernier, un cinquième dragon invité se joindra au quatuor à chacun des dix épisodes.

Dans l’œil du dragon a rallié l’an dernier une moyenne de 731 000 téléspectateurs.