/sports/fighting
Navigation

Junior Ulysse: à la porte des gros combats

Junior Ulysse: à la porte des gros combats
Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Au cours de la prochaine année, plusieurs boxeurs de Camille Estephan pourraient avoir des duels significatifs pour la suite de leur carrière. Le nom de Steven Butler est le premier qui vient en tête de liste, mais il ne faudrait pas oublier celui d’Yves Ulysse fils.

Le boxeur, qui évolue sur les super-légers (140 lb), est classé dans trois des quatre organismes de sanction (no 6 WBC, no 11 IBF et no 12 WBO). Pour le moment, il n’est pas encore un des aspirants obligatoires de ces associations, mais le téléphone pourrait très bien sonner pour une défense optionnelle.

« Camille n’a qu’à me dire un nom et je serai prêt, a souligné Yves Ulysse fils. Si ça n’arrive pas, je suis capable d’être patient. Je ne joue pas aux dames. Je joue aux échecs. »

Attentes

Du côté de son promoteur, il est conscient que son boxeur a faim de combats d’envergure. Comme il l’a fait dans le passé, il fera tout en son pouvoir pour combler les attentes de son athlète.

« Dans ce type de dossier, les relations sont importantes avec les autres promoteurs et les réseaux de télévision. Il y a aussi celle que tu entretiens avec ton boxeur qui est très importante, a expliqué Camille Estephan.

« Si tu as le bon boxeur, tu vas avoir des propositions intéressantes. Pour Junior, il est très respecté aux États-Unis. Golden Boy Promotions l’aime beaucoup et c’est pour cette raison qu’il est sur la carte de samedi. »

Un tournoi qui bat de l’aile ?

La semaine dernière, des rumeurs ont circulé autour du tournoi du World Boxing Super Series. Certains boxeurs n’auraient pas encore été payés pour l’étape des quarts de finale et les financiers derrière le projet de la famille Sauerland seraient sur le point de quitter le navire.

Estephan suit la situation avec grand intérêt.

« Si ce tournoi tombe à l’eau, les gros noms qui étaient impliqués dans cet événement se chercheront des adversaires dans les prochains mois, a-t-il mentionné. Il pourrait y avoir des duels qui pourraient être intéressants pour nous.

« En attendant les développements, on va garder Junior actif. [Samedi], il a une opportunité très intéressante alors qu’il sera en action au Madison Square Garden et je suis confiant qu’il pourra briller. »

L’homme d’affaires ne s’en cache pas : la défaite de son protégé contre Steve Claggett a provoqué un certain recul dans les plans établis au départ.

« Par la suite, il a rebondi contre Cletus Seldin à la Place Bell, a souligné Estephan. On a attendu d’avoir un contrat avec HBO, mais il n’est jamais venu. Avec son équipe, on a plutôt décidé de peaufiner ses habiletés afin de le préparer pour les gros combats.

« On ne veut pas seulement être compétitifs lorsqu’on se pointera dans ce type d’affrontement. On se présentera pour le gagner. »

Dans le calepin...

Oscar De La Hoya y est allé d’une déclaration forte pour ouvrir la conférence de presse de son gala de samedi au Madison Square Garden. « La télévision à la carte est morte ! » a-t-il mentionné dès les premiers mots de son allocution. Le fondateur de Golden Boy Promotions n’avait pas trop le choix d’emprunter cet angle puisqu’il a signé une entente de cinq ans avec le site de diffusion en continu DAZN en octobre dernier.

Pour son premier combat sur DAZN, Canelo Alvarez, qui est le boxeur le plus populaire sur la planète à l’heure actuelle, affrontera Rocky Fielding dans un combat de championnat du monde dans la catégorie des 168 lb. Cet affrontement ne représente pas un gros risque pour le Mexicain et plusieurs prévoient que le combat se terminera lors des six premiers assauts.

Le Journal de Montréal a appris que l’arbitre Michael Griffin sera en devoir lors du gala de samedi. Par contre, on ne sait pas encore dans quel combat son expertise sera mise à contribution. Ce sera la première fois que Griffin remettra les pieds dans le ring depuis le combat entre Adonis Stevenson et Oleksandr Gvozdyk.

Le président du WBC Mauricio Sulaiman a démontré beaucoup de classe et de respect mercredi en faisant le voyage jusqu’à Québec pour se rendre au chevet de son ancien champion Adonis Stevenson. Celui-ci est toujours plongé dans un coma artificiel depuis sa défaite contre Oleksandr Gvozdyk, le 1er décembre. Il en a aussi profité pour réconforter la conjointe et la famille du boxeur avant de retourner au Mexique. Maintenant, ce serait au tour du gérant de « Superman », Al Haymon, d’aller rendre une visite au boxeur. C’est bien beau d’envoyer un représentant comme Lamont Jones, mais rien de mieux que sa propre personne.

Parlant de Gvozdyk, Badou Jack a démontré de l’intérêt pour affronter le nouveau champion WBC des mi-lourds dans les prochains mois. On se souvient que le protégé de Floyd Mayweather fils avait dû se contenter d’un verdict nul contre Stevenson en mai dernier à Toronto.