/finance/business
Navigation

La Caisse s’associe à l’Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila)

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La Caisse de dépôt et placement du Québec s’associe à Mila (l’Institut québécois d’intelligence artificielle) pour aider les entreprises d’ici engagées dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Un nouvel espace financé par le Caisse sera aménagé dans les nouveaux locaux de Mila sur la rue Saint-Urbain dans le Mile-Ex de Montréal. Il accueillera des entreprises en démarrage triées sur le volet qui ont des projets technologiques porteurs, une bonne équipe entrepreneuriale, un potentiel de synergie avec d’autres et un solide plan de commercialisation.

«Cette entente nous permettra de concrétiser plusieurs volets de notre mission, en particulier la recherche et le transfert technologique. Nous travaillerons avec les ressources de l’Espace CDPQ | Axe IA pour contribuer de manière concrète au développement accéléré des startups sélectionnées, a mentionné Valérie Pisano, présidente et chef de la direction de Mila, par communiqué. L’interaction quotidienne des dirigeants des entreprises retenues avec les membres de notre équipe sera bénéfique pour tous les partenaires de Mila.»

Neuf entreprises sélectionnées

Au cours des prochains mois, neuf jeunes entreprises profiteront de cet encadrement offert par la Caisse et Mila. Elles pourront passer 12 mois dans l’espace créé par ces deux organisations. Paladin AI, InVivo AI, Cognitive Chem, Arctic Fox AI, UEAT, MNUBO, Human First, ENKIDOO et NOTIO sont les heureuses élues.

«Avec ce partenariat, la Caisse poursuit son engagement auprès des entreprises québécoises issues de la nouvelle économie pour les appuyer dans leur essor et leur expansion», a déclaré Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse. «En établissant l’Espace CDPQ | Axe IA au cœur de Mila, nous voulons contribuer à renforcer la culture collaborative entre le milieu académique et celui des affaires. Notre démarche vise à propulser la commercialisation de nouveaux projets québécois en intelligence artificielle.»

Le montant d’argent investi par la Caisse dans cette aventure n’a pas été précisé.