/opinion/columnists
Navigation

Le terrorisme islamiste se rappelle à nous

FRANCE-ASSAULT-CRIME-TRIBUTE
Photo AFP Il faut du courage devant l’islamisme.

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’avec l’insurrection des gilets jaunes la France connaît une crise politico-sociale majeure, qui la déstabilise de part en part, le terrorisme islamiste se rappelle à elle.

Mardi soir, un homme, Chérif Chekatt, a ouvert le feu au marché de Noël de Strasbourg. On décompte au moins deux morts et douze blessés.

Islamisme

Malgré la pudeur des grands médias, tous comprennent bien qu’il s’agit d’une nouvelle frappe de l’islamisme contre le pays. Quelques étranges optimistes s’étaient imaginé ces derniers temps que la baisse du rythme des attentats annonçait leur progressive disparition. Quelle illusion ! L’offensive islamiste contre l’Occident ne relève pas d’une accumulation de faits isolés relevant de la criminalité ordinaire. Il s’agit d’une offensive de longue durée qui vise à déstabiliser intimement nos sociétés pour ensuite les soumettre.

Si nous n’avions pas peur des mots, nous parlerions d’une guerre contre l’Occident.

Quand on y pense, il y a quelque chose d’absolument maléfique dans l’islamisme : il a su établir un modèle d’action terroriste qui fait en sorte qu’il suffit à n’importe quel illuminé radicalisé de se procurer une arme et de tirer dans une foule pour participer au djihad.

Et dans cette guerre menée contre notre civilisation, n’importe qui peut être ciblé. Militaires, policiers, civils, père de famille et mère de famille, enfant dans son berceau : tout le monde a une cible collée au front. Le crime des crimes, c’est d’être un Occidental, c’est-à-dire, du point de vue des islamistes, un décadent et un croisé tout à la fois.

Il ne faut pas oublier que du point de vue des islamistes, c’est une guerre plus que millénaire qui se poursuit entre l’Islam et l’Occident. Évidemment, chaque terroriste n’est pas un théoricien de cette guerre des civilisations, mais c’est à cette dynamique historique qu’il participe.

L’objectif des islamistes, de ce point de vue, consiste à radicaliser une masse critique de musulmans en Occident pour les pousser à l’offensive. Ils luttent ardemment contre leur intégration à leur civilisation d’accueil et font tout ce qu’il faut pour les retourner contre elle.

Chérif Chekatt était connu des autorités. C’était un criminel et son basculement vers l’islam radical était connu. Comment a-t-il pu, dès lors, aller jusqu’au bout de son crime ? C’est une question qui nous oblige à remettre en question notre angélisme. Il faudra bien un jour sortir de notre juridisme étroit qui nous oblige à traiter délicatement avec des gants de soie ceux qui œuvrent à notre perte.

Guerre

Si nous devons demeurer attachés aux droits de l’homme, nous devons éviter qu’ils se retournent contre nous comme c’est trop souvent le cas, au point de nous paralyser politiquement lorsque vient le temps de combattre nos ennemis. Car ne nous faisons pas d’illusions : si la France est particulièrement visée par cette guerre d’usure, c’est qu’elle représente, pour les islamistes, le cœur historique de la civilisation occidentale.

En d’autres mots, nous sommes tous visés.