/24m/transports
Navigation

Une deuxième phase au projet de navette fluviale souhaitée

navette fluviale
Photo Agence QMI et 24 Heures, Zacharie Goudreault

Coup d'oeil sur cet article

Si elle devient la prochaine mairesse de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, la candidate de Projet Montréal Caroline Bourgeois promet de relancer en 2019 le service de navette fluviale pendant au moins un mois, alors que le projet-pilote d’une semaine avait été un succès au printemps.

«Si je suis élue, ce sera un des premiers dossiers sur la table. On veut que ça se poursuive l’année prochaine, a-t-elle assuré, souhaitant que le projet devienne un jour permanent. On veut commencer à y travailler rapidement pour déployer un plan.»

navette fluviale
COURTOISIE/PROJET MONTRÉAL

Ce plan permettrait entre autres d’évaluer les lieux de départ, la contribution financière des utilisateurs et la meilleure période pour lancer la phase 2, qui devrait avoir lieu entre mai et septembre.

Le candidat pour Ensemble Montréal Manuel Guedes veut aussi faire de la navette fluviale une priorité s’il est élu, et mettre en œuvre une deuxième phase pour l’été. Des élections partielles ont lieu le 16 décembre dans l'arrondissement.

Caroline Bourgeois est confiante d’avoir «une oreille attentive» des partenaires, soit la Ville-Centre et le gouvernement du Québec. L’ancienne mairesse de l’arrondissement Chantal Rouleau, qui a porté le projet, est depuis cet automne ministre déléguée aux Transports et responsable de la région de Montréal.

«[La ministre] est heureuse que le succès du projet-pilote de 2018 inspire beaucoup de gens à vouloir la continuité de ce service fluviale vers le centre-ville de Montréal. Notons que notre gouvernement s’est engagé à améliorer la mobilité et la navette fluviale pourrait être l’une des solutions», a affirmé son attaché de presse, José Antόnio Pires.

Selon ce dernier, il est trop tôt pour parler de financement, mais le gouvernement reste ouvert à la poursuite du projet.

L’administration de Valérie Plante reste aussi ouverte au projet. «Si l’arrondissement présente un projet pour une 2e phase, avec un montage financier viable, et que le gouvernement du Québec confirme sa participation, la Ville participera également», a indiqué le directeur des relations médias du cabinet de la mairesse de Montréal, Youssef Amane.

4600 personnes

Le projet-pilote, qui s’est déroulé pendant cinq jours à la fin du mois de mai et qui a été testé par environ 4600 personnes, reliait Pointe-aux-Trembles au Vieux-Port de Montréal.

«Il fallait gérer la popularité du service. Plusieurs personnes se présentaient sur le quai et, pour certaines plages, il n’avait plus de place. Ça montre à quel point l’engouement est fort», a souligné Caroline Bourgeois, qui était jusqu’à cet été directrice de cabinet de Chantal Rouleau.

Le candidat indépendant Marius Minier ne s’oppose pas de son côté au projet, mais veut se concentrer en priorité à faire avancer le projet de monorail, s’il remporte la mairie de l’arrondissement.