/news/politics
Navigation

Direction du Bloc québécois: Yves-François Blanchet lance sa campagne

Direction du Bloc québécois: Yves-François Blanchet lance sa campagne
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Yves-François Blanchet a lancé officiellement sa campagne à la direction du Bloc québécois, samedi après-midi, à Montréal.

C’est au cabaret du Lion d’Or que l’ex-ministre péquiste et commentateur politique a réuni plusieurs militants souverainistes venus l'appuyer, dont l'ancien chef bloquiste Gilles Duceppe et l'auteur-compositeur-interprète Daniel Boucher.

M. Blanchet, 53 ans, était également accompagné de députés du Bloc qui soutiennent sa candidature.

«On m’a dit souvent: "à quoi ça sert le Bloc québécois, parce que ça n’aura jamais le pouvoir". Et ça, je vous le dis, ça me choque parce que je n’ai jamais voté pour un ministre. On vote pour un député ou une députée. Alors si je comprends bien, le pouvoir est dans les mains de gens que nous n’élisons pas, et on pense qu’un parti politique qui n’a que des députés n’a aucun pouvoir. Je ne le crois pas. Je crois que le pouvoir, il est démocratique, et si les gens élisent un député ou une députée, c’est dans cette personne-là qu’ils ont investi le pouvoir qu’eux, en tant que citoyens, détiennent», a dit M. Blanchet.

Yves-François Blanchet s'est dit optimiste de remporter «au-delà de 20 sièges» aux prochaines élections fédérales, qui auront lieu le 21 octobre 2019.

Sans chef depuis la démission de Martine Ouellet après des mois de controverse, la formation politique doit se choisir un nouveau leader le 24 février prochain. La date limite pour le dépôt de candidatures a été fixée au 15 janvier. Jusqu’à présent, M. Blanchet est le seul candidat déclaré.

Élu député péquiste dans Drummond en 2008, puis dans Johnson en 2012, Yves-François Blanchet a occupé les fonctions de vice-président de la Commission de la culture et de l'éducation, de whip en chef du gouvernement et de ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs dans le gouvernement de Pauline Marois. Il a perdu ses élections en 2014 et est devenu notamment commentateur politique et animateur de radio.