/news/society
Navigation

La plus heureuse, c’est elle

Silly smiling funny woman in white t-shirt where you can place ypur logo text or image. Yellow background
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Si vous êtes une femme francophone en couple, vous faites partie du groupe qui se dit le plus heureux au Québec, révèle un sondage Léger.

« J’ai l’impression que les femmes regardent plus ce qu’elles ont, alors que les hommes regardent plus ce qu’ils n’ont pas », observe le Dr Serge Marquis, qui a écrit plusieurs livres sur le stress et l’épuisement.

Ce sondage Léger révèle que les Québécois estiment leur bonheur dans la vie en général en moyenne à 74,2 sur 100. Cela est « relativement bon », selon l’auteur du sondage, l’expert en marketing Pierre Côté.

« On ne nage pas dans le bonheur, dit-il, mais en guise de comparaison, les Français ont en moyenne huit et neuf points de moins. »

Mille répondants ont répondu cet automne à 30 questions.

Le questionnaire est d’ailleurs accessible sur internet à indicedebonheur.com pour ceux qui veulent faire le test et se comparer à l’indice du bonheur des Québécois.

Pierre Côté interroge les Québécois sur le bonheur depuis une douzaine d’années. C’est d’ailleurs lui qui a conçu l’Indice de bonheur des villes du Québec.

C’est la première fois qu’une telle expérience est tentée, précise le président et fondateur de la firme Léger/Marketing, Jean-Marc Léger.

Vive les couples!

Le sondage révèle notamment qu’une forte majorité de Québécois se disent inquiets face à l’avenir (à lire demain) et que ceux qui travaillent dans des petites entreprises s’estiment plus heureux au boulot (à lire lundi).

Le sondage indique que les personnes en couple ont un indice de bonheur de 9 points plus élevé que les gens célibataires. Cette donnée correspond à celles obtenues dans d’autres études menées ailleurs dans le monde, selon plusieurs experts interrogés.

Aussi, les femmes scorent légèrement plus haut que les hommes sur l’échelle du bonheur. Cela pourrait s’expliquer par la facilité que beaucoup d’entre elles ont à créer un réseau de soutien et à aller chercher de l’aide dans les moments difficiles, suggère Martin Blais, professeur de sexologie et sociologie à l’UQAM.

Fragile avance

Cette différence entre les hommes et les femmes sur l’échelle du bonheur est mince (75,4 contre 73), comme c’est aussi le cas dans l’ensemble Canada, remarque John Helliwell, professeur d’économie à l’Université de la Colombie-Britannique. Elle est aussi fragile, ajoute-t-il.

Des données canadiennes récentes montrent que les jeunes femmes ont de meilleures notes à l’école et obtiennent plus de diplômes, mais elles n’en sont pas plus heureuses pour autant, indique M. Helliwell. Elles sont aussi plus sujettes à vivre de l’anxiété en lien avec les réseaux sociaux.

D’ailleurs, les femmes et les hommes ont-ils la même définition du bonheur ? se demande le Dr Marquis.

Il soupçonne que les rôles traditionnels influencent encore la satisfaction des gens par rapport à leur vie, c’est-à-dire, le cliché de la femme qui se valorise davantage par ses relations sociales et l’homme qui mesure sa réussite à sa carrière, remarque-t-il.

Mais les facteurs qu’on tente d’associer au bonheur doivent être pris avec un gros grain de sel, nuance Lucie Mandeville, chercheuse à la retraite en psychologie positive. Être heureux, c’est être capable d’apprécier ce qu’on a, qu’on soit riche ou pauvre, jeune ou vieux, homme ou femme, en couple ou célibataire, explique-t-elle.


Indice de bonheur des Québécois : 74,2

Indice du bonheur selon le sexe

  • Homme 73,0
  • Femme 75,4

Indice du bonheur selon le statut

  • Seul 69,2
  • En couple 78,0

Les 9 facteurs clés du bonheur au Québec

Les réponses de milliers de Québécois au questionnaire de l’Indice de bonheur Léger (IBL) ont permis d’observer plusieurs tendances. En les recoupant, l’auteur Pierre Côté a dégagé neuf éléments qui peuvent être une source de satisfaction dans la vie des répondants.

1 La réussite

La réussite est un sentiment extrêmement puissant qui agit directement sur l’estime de soi, explique l’auteur du sondage, Pierre Côté. Les gens ont notamment ce sentiment quand ils ont l’impression de mener la vie qu’ils souhaitent, ajoute-t-il.

La littérature scientifique montre d’ailleurs que le fait d’avoir une passion est un facteur de bonheur, note le chercheur en psychologie sociale, Robert Vallerand.

C’est sans doute une des raisons pour lesquelles les répondants plus scolarisés se disent aussi plus heureux, ajoute le Dr Serge Marquis. « On peut penser qu’ils ont choisi leur domaine et ont la chance de développer leurs talents. »

Est-ce que je réalise actuellement la vie dont je rêvais ?

  • Tout à fait d’accord 6%
  • D'accord 37%
  • Plus ou moins d'accord 43%
  • Tout à fait en désaccord 13%

2 L’amour

Selon Pierre Côté, l’amour est un des plus importants facteurs d’influence du bonheur.

Le partenaire amoureux peut en effet être une bonne source de soutien et d’affection, abonde Serge Marquis.

Les gens satisfaits en couple sont donc plus heureux que les autres, et les gens en couple, plus heureux que les célibataires, selon les travaux de M. Côté.

Le sexologue Martin Blais note toutefois qu’il y a encore de nos jours une « idéologie du couple » qui associe le célibat à une forme d’échec.

« Le célibat continue d’être [vu comme] louche. [Cela] peut donner aux personnes célibataires l’impression subjective qu’il leur manque quelque chose. » Cette croyance tend toutefois à s’estomper, précise-t-il.

Pour Lucie Mandeville, ce n’est pas tant le célibat comme tel qui est source de malheur, mais la rupture. C’est-à-dire le fait de perdre quelque chose.

« On le voit avec les drames familiaux, qui se produisent souvent peu après une séparation », illustre-t-elle.

Mais avec le temps et le recul, bien des gens vont dire de cette épreuve : « Finalement [cette rupture] est la meilleure chose qui pouvait m’arriver ».

Le célibat mérite donc d’être dédramatisé, insiste-t-elle. « La moitié des gens se séparent et on peut quand même trouver le bonheur. »

En ce qui concerne vos relations sentimentales ou de couple, diriez-vous que vous êtes

  • Très satisfait 33%
  • Satisfait 39%
  • Plus ou moins satisfait 18%
  • Pas vraiment satisfait 10%

3 La reconnaissance

Le fait que la reconnaissance contribue au bonheur de chacun ne fait aucun doute, selon Pierre Côté. En plus d’agir directement sur l’estime de soi et sur la perception que l’on a de nous-mêmes, la reconnaissance prend sa force du fait qu’elle provient d’autrui.

Dans la vie, diriez-vous que vous obtenez suffisamment de reconnaissance de vos pairs ou de vos proches ?

  • Pas vraiment 7%
  • Pas suffisamment 20%
  • Passablement 49%
  • Absolument 24%

4 La santé

« Quand la santé va, tout va », dit le dicton. Une bonne santé constitue, inconsciemment, l’objectif de toute une vie, selon Pierre Côté. Il est même possible qu’une bonne santé se répercute sur tout le reste.

Comment qualifiez-vous votre état actuel de santé ?

  • Très bon 26%
  • Plutôt bon 61%
  • Pas vraiment bon 11%
  • Pas bon du tout 2%

5 Le travail

Au Québec, on ne peut dissocier le travail du bonheur, estime l’auteur Pierre Côté. Outre les tâches que l’on exécute, les relations que l’on entretient avec ses collègues peuvent jouer sur notre satisfaction, tout comme la reconnaissance venant de son employeur, le niveau d’autonomie et le fait d’apprendre et de découvrir.

​Question posée : en ce qui a trait à votre travail, diriez-vous que vous êtes:

  • Pas du tout satisfait 4 %
  • Pas vraiment satisfait 17%
  • Satisfait 56%
  • Très satisfait 23%

* Question posée aux 70 % de Québécois qui disent travailler

79 % des travailleurs se disent satisfaits de leur travail.

Les hommes sont plus nombreux à se dire très satisfaits de leur travail que les femmes.

  • 27% homme
  • 19% femme

6 L’argent

« L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue », philosophe Pierre Côté. Avoir un revenu décent est nécessaire au bonheur, car il permet de subvenir à ses besoins de base, renchérit le docteur Serge Marquis. À l’inverse, la précarité financière peut être une source d’anxiété.

Reste qu’on a tendance à surestimer le pouvoir de l’argent sur le bonheur, nuance le chercheur John Helliwell. « Le sentiment d’appartenir à sa communauté et le temps passé avec la famille et les amis sont des sources de bonheur plus importantes », souligne-t-il.

En fonction de votre âge, comment considérez-vous l’état de vos finances personnelles?

  • Très bon 17%
  • Bon 56%
  • Pas vraiment bon 21%
  • Pas bon du tout 6%

7 Le respect

Les gens qui vous entourent, dans votre vie professionnelle comme dans votre vie personnelle, font-ils preuve de politesse, de courtoisie et de savoir-vivre à votre égard?

  • Absolument 53%
  • Passablement 39%
  • Pas suffisamment 6%
  • Pas vraiment 2%

8 L’amitié

L’amitié est au cœur de nos vies et constitue une sorte de rempart contre la solitude ainsi qu’une assurance contre les inévitables mauvais coups de la vie, rappelle Pierre Côté.

En ce qui concerne vos amis véritables, ceux sur qui vous pouvez vraiment compter, diriez-vous que vous en avez

  • Quatre ou plus 19%
  • Deux ou trois 56%
  • Un seul 13%
  • Aucun 12%

21% des gens qui vivent en milieu urbain disent avoir plus de quatre amis sur qui ils peuvent vraiment compter, contre seulement 13 % pour ceux qui vivent en milieu rural.

9 La liberté

Dans une société aussi réglementée que la nôtre, la notion de liberté apparaît paradoxale et subjective. Mais peu importe la définition qu’on lui donne, le sentiment de liberté vient influencer notre impression de bonheur, explique Pierre Côté.

En fonction de votre propre définition de ce qu’est pour vous la liberté, à combien, sur une échelle de 1 à 10, évaluez-vous actuellement votre sentiment de liberté ?

  • 9,5 et 10 | 16%
  • 7,5 à 9 | 52%
  • 5,5 à 7 | 20%
  • 5 et moins | 12%

Les Canadiens parmi les plus heureux

Le Canada est le 7e pays où les habitants sont le plus heureux selon un autre classement, celui du World Happiness Report. Cette étude mondiale est menée régulièrement par l’Organisation des Nations Unies.

Ce rapport est basé sur une autre variable que l’Indice de bonheur Léger (IBL) présenté dans ce dossier.

Le bonheur des Canadiens est par ailleurs resté presque le même depuis la période de 2008 à 2010 (en baisse de 0,2/10), contrairement à d’autres pays où la joie de vivre a connu une chute marquée, comme le Venezuela (-2,2/10).

Classement des pays (note sur 10)

1 - Finlande 7,6

2 - Norvège 7,6

3 - Danemark 7,5

7 - Canada 7,3

18 - États-Unis 6,9

23 - France 6,5

150 - Syrie 3,5

156 - Burundi 2,9 (Dernier)

L’argent fait le bonheur, mais...

Le fait d’estimer ses finances personnelles comme bonnes permet de prévoir le niveau de bonheur des Québécois, indiquent les données de l’Indice de bonheur Léger (IBL). Et le bonheur ressenti augmente de façon marquée pour les tranches de revenus dépassant des gains annuels de plus de 60 000 $. « L’argent, ça vous met des jeans confortables sur le dos, ça vous donne des sièges chauffants dans votre voiture, ça vous permet d’acheter une laveuse ou une sécheuse. Ça va écarter les irritants de la vie, mais c’est le plus que l’on peut attendre de l’argent », explique le chercheur Jacques Forest.

IBL selon les revenus (note sur 100)

  • 18 000 $ et - | 68,1
  • 18 000 $ à 25 000$ | 73,3
  • 25 000 $ à 40 000 $ | 73,5
  • 40 000 $ à 60 000 $ | 73,7
  • 60 000 $ à 80 000 $ | 76,1
  • 80 000 $ à 100 000 $ | 77,6
  • 100 000 $ et + | 80,0

L’école du bonheur

Plus longtemps vous êtes restés sur les bancs d’école, plus vous estimez être heureux, révèlent les données du sondage Léger. Selon le chercheur Simon Langlois, cette statistique s’explique par les meilleurs emplois que décrochent les personnes qui ont une plus grande scolarisation. « Plus les emplois sont de niveaux élevés, plus il y a d’autonomie, ce qui se reflète par un meilleur niveau de bonheur ressenti. Ces bons emplois donnent aussi une plus grande marge de manœuvre aux individus », indique M. Langlois.

IBL selon la scolarité (note sur 100)

  • Secondaire 71,3
  • Collégial 74,8
  • Univ. 1er cycle 75,0
  • Univ. 2e et 3e cycle 77,9

Plus vieux, plus heureux

Terminé le stress lié aux enfants, au travail et à la vie quotidienne : passé le cap des 55 ans, les Québécois se disent de plus en plus heureux, révèle l’Indice de bonheur Léger. « C’est l’effet du U : au début et à la fin du cycle de vie, les personnes ont tendance à se considérer comme plus heureuses », explique le sociologue Simon Langlois. L’absence de responsabilité et une certaine confiance en la vie expliquent ce phénomène chez les jeunes, indique l’expert qui a mené une vaste enquête sur le bonheur des Québécois. « Fini les obligations familiales et professionnelles, les revenus augmentent en milieu de carrière : ça donne une plus grande marge de manœuvre. »

IBL selon l’ÂGE (note sur 100)

  • 18 À 24 ANS 71.4
  • 25 À 34 ANS 72.3
  • 35 À 44 ANS 71.2
  • 45 À 54 ANS 72.3
  • 55 À 64 ANS 76.8
  • 65 À 74 ANS 79.7

Ce n’est pas la recette du bonheur

L’Indice du bonheur Léger n’a pas la prétention de définir ce qu’est le bonheur, rappelle l’auteur Pierre Côté. Ce n’est ni une recette du bonheur ni une prédiction absolue de votre niveau de bonheur. Il s’agit plutôt d’une approche statistique qui accorde une note aux répondants du questionnaire selon les résultats obtenus. « Plutôt que d’y voir une enquête scientifique poussée qui représente vraiment la population québécoise, il faut plutôt y voir une “conversation” qui permette d’amorcer un début de réflexion, qui pourra être complété par de la vraie science », commente le chercheur Jacques Forest.

MÉTHODOLOGIE

Sondage national sur le bonheur des Québécois effectué par Léger auprès de 1003 Québécois représentatifs sur la base de l’auto-évaluation que chacun fait de son état personnel, réalisé en juillet/août 2018.

À titre comparatif, un sondage probabiliste de 1003 répondants aurait une marge d’erreur de 3,1 %, dans un intervalle de confiance de 95 %.

Des experts interrogés

Simon Langlois

Silly smiling funny woman in white t-shirt where you can place ypur logo text or image. Yellow background
Photo courtoisie

Professeur émérite au Département de sociologie de l’Université Laval et auteur d’une étude sur le bonheur des Québécois.

Lucie Mandeville

Silly smiling funny woman in white t-shirt where you can place ypur logo text or image. Yellow background
Photo courtoisie

Professeure retraitée de l’Université de Sherbrooke, elle est l’une des références au Québec concernant la psychologie positive.

Dr Serge Marquis

Silly smiling funny woman in white t-shirt where you can place ypur logo text or image. Yellow background
Photo courtoisie

Auteur, conférencier, il s’intéresse depuis plus de 30 ans à la santé des organisations et a œuvré comme médecin en santé communautaire.

John Helliwell

Silly smiling funny woman in white t-shirt where you can place ypur logo text or image. Yellow background
Photo courtoisie

Professeur du Programme Social Interactions, Identity, and Well-Being de l’Université de la Colombie-Britannique.